Navigation







L’ÉPHÉMÉRIDE DU PÈRE LACHAISE

Z. Naissance de Marie de FLAVIGNY (Dit Daniel STERN) (1805-1876)

54eme division
jeudi 31 décembre 2015.
 

31 décembre 1805.

Naissance à Francfort-sur-le-Main de Marie de Flavigny, connue sous le pseudonyme de Daniel Stern, son nom de plume.

La destinée de Marie de Flavigny, devenue comtesse d’Agoult, mariée et mère de deux petites filles, bascula lorsqu’elle rencontre Franz Liszt, son cadet de six ans.Leur liaison fit alors scandale.

Elle eut avec lui trois enfants dont deux filles, Blandine qui épousa Émile Ollivier et Cosima qui épousa Richard Wagner.

Marie de Flavigny était la fille d’un aristocrate français émigré Alexandre de Flavigny, militaire de carrière, et de Maria Elisabeth Bethmann, la fille d’un banquier impérial de Francfort.

En 1827, elle épousa le colonel de cavalerie Charles d’Agoult et anima un des salons les plus resplendissants du faubourg Saint-Germain, fréquenté par Vigny, Ingres, Mignet, Heine, Rossini, Meyerbeer, Chopin. Le couple eut deux enfants.

En 1833 commença sa liaison Franz Liszt qui lui inspira une passion ardente. En juin 1835, après deux ans de liaison secrète, les amants s’échappèrent pour la Suisse. Indifférents au scandale, ils vivèrent leur amour au grand jour pendant quatre années : accueillis par George Sand à Nohant, ils séjournèrent ensuite pendant plus de deux ans en Italie (Milan, Venise, Gênes, Florence, Rome).

Trois enfants naissèrent. En octobre 1839, la comtesse regagna Paris afin que Liszt puisse aller donner des concerts par toute l’Europe. Les amants se retrouvèrent à intervalles réguliers en France et en Allemagne. Pourtant, en mai 1844, survint la rupture : « Je veux bien être votre maîtresse, pas une de vos maîtresses ».

Elle se consacra ensuite à la littérature et publia des romans (Nélida, 1846), des essais et des études historiques (Essai sur la liberté ;Esquisses morales ; Histoire de la révolution de 1848), le plus souvent sous le pseudonyme de Daniel Stern.

Entourée de nombreux admirateurs, elle tint également un salon littéraire et politique reconnu, entre 1850 et 1875.

Dépressive, elle sera internée quelques temps à la clinique du docteur Blanche. Elle géra dangereusement sa fortune et mourut ruinée.

Elle repose dans la 54ème division, sous un monument de sept mètres de haut orné d’un bas-relief, la Pensée, œuvre d’Henri Chapu.

Crédit photo : Pierre-Yves Beaudouin / Wikimedia Commons / CC-BY-SA-3.0