Navigation







Personnalités israélites - Bienfaiteurs - Philanthropes - Salonières

SINGER Flore (1828-1915)

7eme division
samedi 28 novembre 2015.
 

Salonnière française.

Flore Singer (née Ratisbonne) voit le jour à Paris en 1824.

Décédée à Paris le 28 novembre 1915.

Fille d’Adolphe Ratisbonne, banquier juif de Strasbourg, et petite-fille de Salomon Oppenheim, elle descend de Cerf Beer.

Elle est la sœur de Louis Ratisbonne, la nièce des pères Théodore et Alphonse Ratisbonne, et fut adoptée (avec ses sœurs, futures Mmes Zélie de Sourdeval et Elisa Worms de Romilly) par son oncle le banquier Benoît Fould.

Portrait de son fils, Louis Singer, à mi-corps, portant un nœud, par Gustave Moreau.

Flore Ratisbonne se marie en 1846 avec un agent de change, Alexandre Singer, fils de l’industriel et philanthrope David Singer qui donnera son nom à la rue Singer (Paris). Ils eurent un fils prénommé Louis, banquier et marié à Thérèse Stern (nièce d’Antoine Jacob Stern et sœur d’Edgard Stern).

Flore va devenir une importante salonnière de Paris, tenant pendant près d’un demi-siècle un salon à son domicile parisien, au premier étage de l’Hôtel de Chimay.

Elle y reçoit régulièrement des écrivains, artistes et hommes politiques, dont notamment Alfred de Vigny, Adolphe Franck, Ernest Renan, Elme Caro, John Lemoinne, Octave Feuillet, Émile Deschanel, .... On disait que son salon servait d’antichambre au Quai Conti.

Lors de l’affaire Dreyfus, Flore prend la défense de son coreligionnaire le capitaine Dreyfus, au contraire de nombre de ses hôtes. Elle tente, dans une longue correspondance, de convaincre son ami de longue date, Ferdinand Brunetière, de changer de position sur cette affaire.

Elle se retire dans ses dernières années au château du Chemin (Neufmoutiers).

S’essayant à l’écriture, elle envoie une de ses fictions à Ferdinand Brunetière en 1904. Elle sollicite son soutien auprès de l’Académie française pour un roman écrit par Esther Benisti, alias Esther de Suze, sa lectrice.

Elle repose dans la 7eme division.

Sources : Pierre Birnbaum, « Une femme juive : Flore Singer. Assimilée, dreyfusarde et fidèle », L’Arche (revue), no 479, 1997

Antoine Compagnon, « Connaissez-vous Brunetière ? Enquête sur un antidreyfusard et ses amis », Paris, Seuil, 1997.

Antoine Compagnon, « Flore Singer, une juive de France au XIXéme siècle », Cahiers du Judaïsme, no 3, 1998

Michel Bitton, « Présences féminines juives en France : XIXe-XXe siècles : cent itinéraires », 2002

« Fonds Emile Ollivier : 542 P », Centre historique des Archives nationales, 2001

« Dictionnaire encyclopédique de la Théologie catholique, 25 », 1865 « Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne » Sonia-Sarah Lipsyc, « Femmes et judaïsme aujourd’hui : actes du colloque, femmes et judaïsme dans la société contemporaine, des 13, 14 et 15 mars 2004 », 2008.

Flore Singer, in « Dictionnaire des femmes juives en France »