Navigation







Entrepreneurs - Manufacturiers - Hommes d’affaires

BARIQUAND Emile (1842-1904)

2eme division (1ere ligne, AJ, 17)
lundi 11 mai 2015.
 

Industriel français

Emile Bariquand voit le jour en 1842.

Décédé en 1904.

Industriel français

On lui doit en outre :

Rapport sur le matériel et les procédés de la couture et de la confection des vêtements, par M. Émile Bariquand (1880).

Instruction pour l’emploi des lapidaires pour l’affûtage et la réparation des tondeuses pour chevaux, chiens et... (1888) par Emile Bariquand.

Son épouse Marie-Jeanne Alphand (1854-1926) désire s’investir auprès des enfants. En ce début du XXe siècle, où la mortalité infantile est encore élevée, cette riche veuve quinquagénaire édifie un hôpital pour les plus jeunes, qu’elle finance avec sa fortune personnelle.

Dès 1906, la fondation Bariquand-Alphand, nommée en hommage à son époux, l’industriel Emile Bariquand, soigne et hospitalise gratuitement tous les enfants de Menton et des environs atteints de maladies graves.

L’entreprise Bariquand et Marrel :

Bariquand et Marre1 est une entreprise de mécanique française, qui fabriquait entre autres des machines à coudre.

Elle exista de 1834 à 1968, date à laquelle elle fusionna avec la Société française des brevets LogAbax.

La Maison Bariquand fut fondée en 1834 par Jules Bariquand dans un atelier situé au 127 de la rue Oberkampf à Paris. Avec la collaboration de son fils Émile, la Maison devint Bariquand & Fils.

En 1860, débute la fabrication de machines à coudre. Pour Bariquand, la machine à coudre fait partie de sa production de machines-outils de précision.

Bariquand arrête la fabrication de la machine à coudre et se tourne vers la fabrication de machines spécialisées pour la fabrication de pièces de fusils interchangeables.

Par la qualité de ses fabrications mécaniques, les Ministères de la Guerre et la Marine lui confièrent d’importantes commandes portant notamment sur des pièces pour les fusils Chassepot et Gras.

En novembre 1870, 295 ouvriers et 146 ouvrières usinent des pièces pour le fusil Chassepot rue Oberkampf.

En 1878, Émile Bariquand est le rédacteur d’un rapport du jury international de l’Exposition universelle de 1878, sur le matériel et les procédés de la couture et de la confection des vêtements.

Il repose dans la chapelle familiale de la 2e division.

Sources : J. Moiroux - Wikipédia et divers (APPL 2015)