Navigation







Compositeurs - Musiciens - Chanteurs

GUILBERT Yvette (1865-1944)

94eme division
jeudi 23 février 2006.
 

La diseuse fin de siècle

Fille d’Hippolyte Guilbert, d’origine normande et d’Hermance Julie Lubrez, née Albine, Yvette Guilbert est née à Paris, le 20 janvier 1865.

Son père est à la fois patron d’une fabrique de confection et exerce aussi la profession de brocanteur.

Sa mère est chapelière, et d’origine flamande. Elle séjourne en Normandie de six à huit ans.

A l’automne de 1872, elle est au cours Archambault à Paris, puis demi-pensionnaire à la pension Couard à Saint Mandé, établissement réputé pour la qualité de son enseignement et sa tenue.

A seize ans, elle travaille chez Hentennart, le couturier réputé, six mois après, elle devient vendeuse au magasin du Printemps.

Au mois de novembre 1885, elle fait une rencontre importante, celle de Charles Zidler, directeur de l’hippodrome (Il sera le créateur du fameux Moulin

Rouge, il est le personnage principal du film de Jean Renoir, French Cancan, avec dans son rôle, Jean Gabin).

Elle est engagée pour la tournée d’été des Variétés. Sa carrière est lancée, en 1889 elle passe à l’Eldorado, puis au Casino de Lyon, à l’Eden, mais elle se lasse très vite du répertoire qu’on lui impose.

C’est alors qu’elle fait la connaissance de Xanrof, de Jean Lorrain. Aristide Bruant lui inspire son personnage en lui empruntant çà et là des touches et des attitudes qui lui vaudront sa notoriété.

Elle développe ce personnage de « Diseuse fin de siècle ou diseuse à voix » qui est immortalisé par Henri de Toulouse Lautrec et qu’elle présentera jusqu’en 1899, sur toutes les scènes du monde.

Elle part en tournée en France, en Angleterre, en Allemagne et aux Etats-Unis. A partir de 1900, sa santé se détériore, gravement malade, elle finira quand même par remonter sur les planches, elle est au Carnegie Hall de New York en 1906 et au Casino de Nice à partir de 1913, mais avec un répertoire totalement nouveau composé essentiellement de chansons à texte plus « littéraire », poésies anciennes et nouvelles, chansons du Moyen Age etc.

Elle fait encore le tour des grandes salles du monde, ouvre une école de chant à Bruxelles, elle tourne dans divers films, rédige des chroniques, fait de la mise en scène, anime des émissions de radio, écrits des livres, des souvenirs et des bribes de mémoires. Elle décède à Aix-en-Provence, en 1944, elle est inhumée au Père Lachaise.

Yvette Guilbert par

Le Fiacre - Yvette Guilbert

Madame Arthur, Yvette Guilbert