Navigation







Dessinateurs - Peintres - Décorateurs

HARO Etienne François (1827-1897)

93eme division (1ere ligne, F, 26)
jeudi 19 février 2015.
 

Peintre français

Etienne-François Haro voit le jour en 1827.

Décédé en 1897.

Peintre, élève d’Ingres et de Delacroix dont il fit les portraits en 1866 et 1868, Haro fut également leur fournisseur attitré en toiles, châssis, cadres, couleurs, etc... La boutique familiale située près de la rue des Petits-Augustins avait pour enseigne " Au génie des arts ".

Elle fut successivement tenue par le père et la mère d’Etienne, avant que celui-ci n’en prenne la direction et transforme le magasin en une importante maison de réparation, restauration et rentoilage de tableaux.

Restaurateur des peintures du palais des Tuileries et du ministère des Travaux publics (son père et son oncle, M. Rey, avaient travaillé pour l’Ecole des Beaux-Arts et pour l’Institut), Haro participa notamment aux côtés de Delacroix à la préparation du chantier de la galerie d’Apollon au Louvre.

Angélique Honorine Clodilde Osmont, épouse Haro (1801-1869)Anonyme.

C’est lui qui signala au peintre, en 1857, l’appartement du 6 rue de Furstenberg et insista pour que celui-ci signe le bail, car l’affaire était " admirable " à tout point de vue.

Proche de l’Institut où Delacroix venait enfin d’être nommé, donnant sur un jardin dont la jouissance était réservée au seul locataire de cet appartement qui pouvait en outre y faire construire un atelier, le lieu était, aux yeux de Haro, tout à fait digne de l’artiste.

Delacroix avait du reste toute confiance en Haro qu’il chargea de réunir les tableaux qui devaient figurer à l’Exposition universelle de 1855.

Sources : Thierry Engels et Divers (APPL 2016)

Portrait : Carolus-Duran, Portrait d’Étienne-François Haro, Paris.

(APPL 2016)