Navigation







Sciences et Techniques - Archéologie

ROCHETTE Raoul (1789-1854)

1ere division
mardi 17 février 2015.
 

Archéologue français

Désiré Raoul-Rochette, voit le jour à Saint-Amand (Bourbonnais) le 9 mars 1789.

Décédé à Paris le 3 juin 1854.

Archéologue français.

Appartenant à une famille de médecins, il délaisse la carrière familiale. D’abord élève au lycée de Bourges, il fait partie de la première promotion de l’École normale en 1810. à l’âge de 20 ans, il épouse Claudine Houdon, fille du sculpteur Jean-Antoine Houdon qui lui donne deux filles dont l’une épouse Luigi Calamatta et sera la mère de Lina, femme de Maurice Sand.

Il est d’abord professeur au lycée Louis-le-Grand et remporte en 1813 un prix de l’Institut de France pour un Mémoire sur les colonies grecques, publié par la suite sous le titre Histoire critique de l’établissement des colonies grecques. Il est nommé en 1815 maître de conférences à l’École normale et admis en 1816 à l’Académie des inscriptions et belles-lettres.

D’obédience légitimiste et catholique, il est choisi par François Guizot, qui poursuit une carrière dans l’administration, pour le remplacer en Sorbonne de 1816 à 1818 à la chaire d’histoire moderne.

En 1818, il est nommé conservateur du cabinet des médailles en remplacement de Millin, fonction qu’il occupe jusqu’en 1848. Il y enseigne l’archéologie, discipline qui n’avait pas encore droit de cité à l’université.

Il remplace en 1820 Quatremère de Quincy comme professeur d’archéologie.

Il est élu en 1838 membre de l’Académie des beaux-arts, dont il devient l’année suivante secrétaire perpétuel.

En 1835, avec Jean de Witte, il participe à la création de la revue Annales de l’Institut archéologique, en collaboration avec Antoine Chrysostome Quatremère de Quincy, le duc de Luynes, Félix Lajard et Charles Lenormant.

Limogé de la Bibliothèque nationale en 1848, il consacre dès lors son activité à la recherche archéologique et numismatique.

Titulaire de la rubrique archéologique du Journal des Savants, il se charge de rédiger les recensions de tout ce qui est publié sur le sujet en France et en Europe, ce qui l’amène à entretenir une correspondance volumineuse avec Salomon Reinach ou Humboldt. Sa carrière est marquée par une lutte scientifique avec Jean-Antoine Letronne, membre de l’Académie des Inscriptions et spécialiste de l’Égypte ptolémaïque, et à partir de 1832 son collègue à la Bibliothèque nationale.

Il visite la Suisse en 1818, 1819 et 1820, à la suite de quoi il publie ses Lettres et l’ Histoire de la révolution helvétique de 1797 à 1803.

En 1826 et 1827 puis en 1832, 1843 et encore en 1851, il voyage en Italie et en Sicile d’où il rapporte estampes, antiques, monnaies et figurines, qui feront l’objet d’une vente après sa mort.

Membre de la commission scientifique envoyée en Morée en 1838, il y visite notamment Délos et Athènes, et trouve le moyen d’obtenir de Mehmet Rechid Pacha, gouverneur de Grèce, la cession à la France des restes du temple d’Assos.

En 1846, il fait une tournée en Allemagne.

Principales publications :

Histoire de la révolution helvétique de 1797 à 1803, 1823

Lettres sur la Suisse écrites en 1819, 1820 et 1821, 1823

Lettres sur la Suisse écrites en 1824 et 1825, 1826

Pompéi, choix d’édifices inédits, 2 vol., 1828-1842

Monuments inédits d’antiquité figurée, 1828

Peintures antiques inédites, précédées de Recherches sur l’emploi de la peinture dans la décoration des édifices sacrés et publics, chez les Grecs et chez les Romains faisant suite aux Monuments inédits, 1836 Peintures antiques inédites, 1836

Cours d’archéologie, publié d’après ses leçons par la sténographie, 1828-1835 Tableau des catacombes de Rome, où l’on donne la description de ces cimetières sacrés, avec l’indication des principaux monumens d’antiquité chrétienne, en peinture et en sculpture, et celle des autres objets qu’on en a retirés, 1837

Lettres archéologiques sur la peinture des Grecs, 1840

Mémoires de numismatique et d’antiquité, 1840

Choix de peintures de Pompéi, la plupart de sujet historique, avec l’explication archéologique de chaque peinture et une introduction sur l’histoire de la peinture chez les Grecs et chez les Romains, 1844-1851 Questions de l’histoire de l’art, discutées à l’occasion d’une inscription grecque gravée sur une lame de plomb et trouvée dans l’intérieur d’une statue antique de bronze, 1846

Sources : Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), « Raoul-Rochette » dans Dictionnaire universel d’histoire et de géographie,‎ 1878 (Wikisource) Georges Perrot, « Notice sur la vie et les travaux de Désiré Raoul-Rochette », dans Comptes-rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-lettres, 1906, vol. 50, n. 9, p. 638-701.

Catalogue des monuments antiques, égyptiens, assyriens, étrusques, grecs, romains, gaulois, composant la collection R. R., Paris, Rollin, 1855, 343 numéros.

Sources : Wiki et divers (APPL 2015)

Gravures : Portrait de R. Rochette par Ingres.

Photo : Les deux médaillons oeuvres de David D’Angers ont disparus depuis pas mal de temps...