Navigation







Hommes politiques - Ministres - Grands dignitaires

NOMPERE DE CHAMPAGNY (1756-1834)

3eme division
lundi 16 février 2015.
 

Amiral et homme politique

Jean-Baptiste de Nompère de Champagny, duc de Cadore, voit le jour à Roanne le 4 août 1756.

Décédé à Paris, le 3 juillet 1834.

Militaire et homme politique français, issu d’une famille de la noblesse de Roanne.

Officier de marine, il est élu député de la noblesse aux États généraux de 1789.

Conseiller d’État et ambassadeur sous le Consulat, il devient ensuite ministre de l’Intérieur puis ministre des Affaires étrangères sous le Premier Empire.

Sa famille, noble mais sans fortune, le destine dès son enfance à la profession des armes. Fils d’un cadet de famille qui, devenu veuf de bonne heure, avait épousé en secondes noces une sœur de l’abbé Terray, le jeune Champagny doit à la protection de ce ministre de Louis XV une bourse au collège de La Flèche (1765) où il fait de brillantes études, puis son admission à l’École militaire de Paris en 1770, où il prend son premier grade du service de mer, et d’où, par faveur spéciale, il ne sort qu’après des études suffisantes pour lui faire obtenir un avancement anticipé.

Il est admis à l’âge de 15 ans dans la Marine royale en mai 1771 comme garde-marine. Embarqué en 1774 sur la frégate La Flore, chargée d’annoncer l’avènement de Louis XVI au dey d’Alger et au bey de Tunis. En 1775, un examen qu’il subit, avec la plus grande distinction, en arrivant en France, lui valut le grade d’enseigne de vaisseau. Il embarque ensuite sur L’Écureuil en escadre d’évolutions.

Guerre d’indépendance des États-Unis :

Le jeune Nompère prit part à la guerre d’indépendance américaine. Le 1er janvier 1776, il est nommé enseigne de vaisseau et embarque sur La Dédaigneuse à Saint-Domingue. En 1778, il embarque sur Le Fier et prit part à la prise de l’île de Grenade en juillet 1779.

Lieutenant de vaisseau en avril 1780, il passa sur l’Émeraude et en 1782 comme commandant en second de La Couronne, dans l’escadre de l’amiral de Grasse, il prit part au combat au large des Saintes les 9 et 12 avril et y est très grièvement blessé à la mâchoire. Passé pour mort, alors que l’on allait jeter son corps à la mer, le vicomte de Viella constate qu’il était encore en vie. Remis de ses blessures, il est fait chevalier de Saint-Louis et son activité pendant la campagne des Amériques le fait recevoir membre de la Société des Cincinnati.

Élu à l’Académie de marine en 1785, il commande le Pandour en escadre d’évolutions.

Le ministre lui propose alors de participer à l’expédition de Monsieur de Lapérouse, devant partir explorer le Pacifique en compagnie de nombreux scientifiques. Il refusa du fait qu’il devait se marier cette année-là avec Mlle Huë de Grosbois ; le mariage n’eut pourtant lieu que deux ans plus tard.

Major de vaisseau en mai 1786, il quitte la marine en 1787, après avoir pris part à neuf campagnes, et assisté à cinq combats, notamment à ceux d’Ouessant (1778) et de la Grenade.

Il épousa donc, le 22 janvier 1787 à Saint-Vincent-de-Boisset, Victoire Blandine Huë de Grosbois (1770-1821), laquelle venait d’hériter du château du lieu3. Cette union marqua la fin de sa brillante carrière militaire.

Fonctions :

Député de la noblesse du Forez aux États généraux 5 mai 1789 - 17 juin 1789

Élection 23 mars 1789 Député à l’Assemblée nationale constituante 17 juin 1789 - 30 septembre 1791

Ambassade de France à Vienne

Ministre de l’Intérieur 7 août 1804 - 1807

Ministre des Relations extérieures 9 août 1807 - 16 avril 1811

Sénateur 5 avril 1813 - mars 1814

Membre de la Chambre des pairs 4 juin 1814 - mars 1815

Membre de la Chambre des pairs 2 juin 1815 - juillet 1815

Membre de la Chambre des pairs 5 mars 1819 - 3 juillet 1834

Champagny ne partage pas l’entraînement des députés de « sa caste » à la mémorable séance du 4 août ; il est au contraire du petit nombre de ceux qui protestèrent contre l’abolition des titres et de la noblesse héréditaire, lors de la révision de l’acte constitutionnel (8 août 1791).

Il fut l’un des quarante-sept députés de son ordre à se réunir au Tiers état avant l’invitation royale. Distingué par son éloquence et sa modération, peu porté aux « effets de tribune », il est nommé secrétaire de l’Assemblée constituante (16 février 17904), et membre influent du comité de la marine.

Du reste, à l’Assemblée constituante, il ne fixe guère sur lui l’attention publique que par sa défense, en 1790, du comte d’Albert de Rions, officier général sous lequel il avait servi précédemment, chef d’escadre, attaqué à la barre de l’Assemblée nationale pour sa conduite ferme et courageuse à Toulon, lors des mouvements insurrectionnels qui avaient failli éclater dans cette ville. Champagny vote pour qu’il soit déclaré que cet officier avait « bien mérité du roi et de la nation ». Sa défense est couronnée de succès.

M. de Champagny s’occupe particulièrement des modifications et améliorations qu’exigeait la législation maritime, propose quelques réformes au code maritime, et demande l’assimilation de la marine marchande à la Marine royale.

Lors de la clôture des travaux de l’Assemblée constituante (30 septembre 1791), il se retire dans une terre qu’il possédait en Forez (dans son château d’Anzy, près de Roanne).

Arrêté (sur ordre de Lapallus) comme noble et suspect en novembre 1793, la Terreur le jette en prison quelques mois.

Il est enfermé au couvent des Ursulines avant d’être transféré à la prison des Minimes. Fort heureusement, il fut « oublié » dans sa cellule. Il ne recouvra la liberté qu’après un arrêté du 3 septembre 1794, qu’il dut à la chute de Robespierre, le 9 thermidor an II (26 juillet 1794). À sa libération, il se retira dans sa « maison des champs » de Saint-Vincent-de-Boisset, et continua à se tenir à l’écart de toute vie publique jusqu’au 18 brumaire.

Ambassadeur à Vienne :

Après le coup d’État du 18 brumaire an VIII, il fit partie du Directoire du département de la Loire avant d’être appelé à Paris par le général Bonaparte (placé à la tête du pouvoir exécutif comme Premier consul), qui le fit entrer au nouveau conseil d’État (3 nivôse an VIII : 24 décembre 1799) où il l’attacha à la section de la marine.

C’est à ce titre qu’il fut chargé d’exposer au Corps législatif le résultat du recensement du vote pour l’acceptation de la constitution de l’an VIII. Il fut chargé, au même titre (17 ventôse an VIII) de communiquer au Tribunat la proclamation et les arrêtés des consuls à l’occasion de la reprise des hostilités (campagne de Marengo). Le discours aussi éloquent qu’adroit qu’il prononça en cette circonstance lui fit faire un grand pas dans la faveur du Premier consul. On y remarquait entre autres ce passage

« Français de tous les partis, s’il peut encore exister des partis, unissez-vous à un gouvernement qui n’en connaît aucun. Dites : trouvâtes-vous jamais dans ceux qui vous ont gouvernés, un vœu aussi prononcé pour votre bonheur, un désir aussi sincère de l’ordre et de la paix, un dévouement aussi entier, aussi généreux, une autorité aussi tutélaire, unie à tant de talens et de gloire, et le souvenir de ces brillans succès qui appellent et commandent d’autres succès ? »

Champagny effectue ensuite une inspection des administrations préfectorales puis, probablement sur proposition de Lebrun, le troisième consul, est nommé à l’ambassade de Vienne (20 juin 18014).

Pendant son absence, le collège électoral de la Loire l’élut, en 1803, candidat au Sénat conservateur.

Pendant quatre ans, il remplit cette mission importante, que rendaient difficile les événements militaires qui avaient précédé sa nomination. Sa modération et la modestie de sa conduite y firent merveille. L’empereur François II devint le parrain du fils qui lui naquit à Vienne (« Franz de Champagny », et qui deviendra académicien).

Bien que François II admît la nouvelle carte de l’Allemagne issue du Recès d’Empire (1803), Champagny échoua, l’année suivante, à faire accepter à la cour de Vienne l’avènement de Bonaparte à l’Empire. Il fut rappelé.

Il acquiert vers la même époque les domaine et château des Marmousets à La Queue-en-Brie.

Ministre de Napoléon Ier : L’Intérieur

Chevalier de la Légion d’honneur, au 9 vendémiaire an XII, il prit le portefeuille de l’Intérieur (8 août 1804) en remplacement de Chaptal (le ministère fut confié par intérim à Jean Étienne Marie Portalis, ministre des cultes, jusqu’au retour de Champagny de Vienne).

Napoléon lui confia ce ministère important certainement par souci de placer à la tête de ce département un grand commis docile duquel il n’aurait pas à craindre les velléités d’autonomie. Pendant sa gestion de l’Intérieur, et abstraction faite de la direction politique, dans laquelle il n’était que l’instrument de la volonté de l’Empereur, Champagny avait introduit beaucoup d’améliorations et de perfectionnements dans le système administratif. « Il apporta dans ses fonctions nouvelles le même esprit de modération, le même zèle et la même droiture d’intention. »

Les premiers mois, l’Empereur attendit surtout de son nouveau ministre qu’il lui procurât les soldats nécessaires à la guerre imminente. Mais, par la suite, Champagny sut ne pas se limiter à ce rôle de sergent recruteur et conçut également un vaste plan de travaux publics (dont la rue de Rivoli, à Paris, est l’une des réalisations) tout en préparant activement l’Exposition des produits de l’industrie nationale (prévue en 1808).

À l’ouverture de la session parlementaire de l’an XIII (11 décembre 1804), le nouveau ministre présenta au Corps législatif un exposé de la situation de l’Empire. Ce discours avait pour principal objet l’apologie de la révolution qui venait de convertir la République en Empire :

« On a reconnu enfin, disait-il, qu’il n’y avait de salut pour les grandes nations que dans le pouvoir héréditaire... Le Sénat a été, comme il devait l’être, l’organe de l’inquiétude commune ; bientôt a éclaté ce vœu d’hérédité qui était dans tous les cœurs vraiment français... »

En 1804, il soutint la création de l’Académie celtique, créée par Jacques Cambry, antiquaire et préfet, Jacques-Antoine Dulaure et Jacques Le Brigant. Elle fut présidée par Cambry, puis par Alexandre Lenoir, fondateur du musée des monuments français.

Grand-aigle de la Légion d’honneur depuis le 1er février 1805, il accompagna l’Empereur à son couronnement comme roi d’Italie, le 26 mai suivant dans le « Duomo » de Milan.

Après l’arrivée du message par lequel le Sénat de Gênes sollicita, pour cette république, sa réunion à l’Empire français, Champagny, délégué à cet effet par Napoléon, alla présider à la cérémonie de cette adoption (11 juin 1805).

Il rédigea en février 1806 le décret qui rendrait au culte le Panthéon et Saint-Denis, vanta (5 mars), dans un nouvel exposé, la prospérité due au régime impérial, et fut chargé (1807), comme ayant également dans son ministère l’Instruction publique et les Beaux-Arts, de présenter à l’Empereur un rapport « sur la décadence des arts et de la littérature et sur les moyens d’y remédier ». M. de Champagny proposa sur ce point six décrets dont la plupart, d’une remarquable étroitesse de vues, furent rejetés par l’empereur, mais dont un du moins fut l’origine de l’École des chartes.

Un décret destiné « à la réforme sociale des Juifs » et joint au règlement du culte, fut proposé par Champagny, ministre de l’Intérieur, et trois commissaires impériaux. Il portait sur une meilleure intégration de la communauté juive en France mais prévoyait toute une série de cas arbitraires pouvant entraîner l’annulation des créances et ordonnait aux commerçants juifs de se faire délivrer par les préfets une patente annuelle et révocable. De plus, les Juifs devaient satisfaire en personne à la conscription et n’avaient plus la possibilité de payer un remplaçant comme les autres citoyens. Ce décret (souvent appelé le « décret infâme »), valable dix ans, fut aboli en 1818 sous Louis XVIII.

Les Relations extérieures :

La disgrâce de M. de Talleyrand fit passer M. de Champagny, « simple exécutant, discipliné et soumis », du ministère de l’Intérieur à celui des Relations extérieures, le 8 août 1807.

Il présenta des rapports (21 octobre 1807, 2 janvier 1808) sur l’occupation du Portugal, appuya, sur les griefs créés par l’intervention de l’Espagne dans les troubles de la Ligue et de la Fronde, les rêves de conquête de l’Empereur sur ce pays. Voyant l’état de décrépitude de la monarchie espagnole, l’empereur tenta de profiter de la situation pour mettre la main sur l’Espagne. Ses conseillers le poussaient : le ministre Champagny écrivait par exemple : « il est nécessaire qu’une main ferme vienne rétablir l’ordre dans son administration [ celle de l’Espagne ] et prévienne la ruine vers laquelle elle [ l’Espagne ] marche à grands pas 10. » C’est sur le rapport concernant les menées de l’Autriche qu’il adressa au Sénat que fut ordonnée une levée de 40 000 hommes en vue d’une nouvelle campagne contre cet Empire. Dans un autre rapport (8 décembre 1810) relatif à la réunion du Valais à la France, M. de Champagny flattait sans ménagement la soif de guerre de l’Empereur :

« Il est de mon devoir de le dire à V.M., disait-il, elle ne peut espérer désormais ramener ses ennemis à des idées plus modérées que par la persévérance dans le système qu’elle a adopté. »

Il fut créé comte de l’Empire le 24 avril 1808, et duc de Cadore le 15 août 180911.

Champagny conserva jusqu’en 1811 son poste, dans lequel il prit part à des actes d’une haute importance. Il mena les négociations relatives au système de blocus continental, adopté contre l’Angleterre, et à l’occupation de l’Espagne et du Portugal. Il conclut en sa qualité de ministre le traité du 5 mai 1808 (faisant suite à l’entrevue de Bayonne), par lequel le roi Charles IV cédait ses états à Napoléon Ier, et celui de « Vienne » (paix de Schönbrunn, 14 octobre 1809), qui met fin à la Cinquième Coalition. Il négocia aussi le mariage de l’Empereur avec l’impératrice Marie-Louise et reçut le grand-cordon de l’ordre impérial de Léopold d’Autriche en 1810.

Le 16 avril 1811, Champagny, qui jouissait de l’amitié de l’empereur Alexandre Ier , qui l’avait décoré trois ans auparavant de l’ordre de Saint-André, dut malgré son zèle rendre son portefeuille pour avoir trop longtemps soutenu une politique d’alliance franco-russe. Il n’avait pas soupçonné les intentions de Napoléon vis-à-vis de la Russie ni pressenti l’évolution des conceptions de l’Empereur sur le sujet.

On le nomma, en compensation, ministre d’État le 21 avril 1811, puis, le 9 septembre de la même année, intendant-général de la couronne (une sinécure), en remplacement du comte Daru, puis grand-chancelier de l’ordre de la Réunion, le 18 octobre suivant.

Alors qu’en 1804 avait été lancé un projet de palais impérial à Lyon (comme dans les autres grandes villes de France), une lettre du duc de Cadore, en tant que ministre d’État, précisa en 1811 : « le palais impérial sera élevé sur la gare d’eau, le jardin sera dans la presqu’île, entre les deux fleuves, jusqu’au pont de la Mulatière ». Mais le projet n’aboutira jamais.

Champagny fut appelé au Sénat le 5 avril 1813, et remplit auprès de l’Impératrice Marie-Louise et du conseil de régence les fonctions de secrétaire d’État.

Les derniers mois de l’Empire virent son retour au premier plan. Secrétaire du Conseil de régence, il accompagna Marie-Louise à Blois et, après la chute de Napoléon Ier, porta une lettre de l’Impératrice à son père pour réclamer la reconnaissance de Napoléon II. L’empereur d’Autriche s’y refusa, tout en traitant le plénipotentiaire comme un vieil ami.

Lors de l’invasion, le duc de Cadore fut nommé chef de légion de la garde nationale parisienne, le 8 janvier 1814. Il accompagna à Blois l’impératrice Marie-Louise.

À la Chambre des pairs :

Le 14 avril suivant, il n’hésita pas à adhérer à la déchéance de l’Empereur, se rallia l’un des premiers aux Bourbons, qui le firent entrer, le 4 juin suivant, à la Chambre des pairs et le nommèrent contre-amiral.

Le retour de l’île d’Elbe réveilla son dévouement pour l’Empereur qui lui rendit l’intendance des domaines de la Couronne, et le nomma « pair de l’Empire ».

La seconde Restauration le rendit, à son grand regret, à la vie privée. Il fut radié de la liste des pairs par l’ordonnance du 24 juillet 1815). Dès le 27 juillet suivant, il présenta à Louis XVIII un mémoire justificatif de sa conduite pendant les Cent-Jours, dans lequel il suppliait le roi de le rétablir dans la dignité de pair de France :

« Je ne suis point avide d’honneurs, écrivait-il, mais je ne puis vivre dans la disgrâce d’un souverain que j’aime, je supplie le roi de me rétablir dans ma dignité, qui, par ce second choix, me deviendra doublement honorable. »

La Restauration le fit attendre jusqu’en 1819 : M. Decazes le comprit à cette date dans la fournée des soixante nouveaux pairs destinée à rendre la majorité au ministère. Il fut réintégré, avec majorat de baron-pair le 5 mars 1819 (lettres patentes du 24 avril 1820)13 À la Chambre haute, M. de Champagny vota avec la droite. Il vécut encore assez pour prêter serment au gouvernement de Juillet, et continua de siéger dans la Chambre des pairs, au centre-droit, jusqu’à sa mort.

Le duc de Cadore présida le collège électoral du département du Loiret en 1820.

Jean-Baptiste de Nompère de Champagny s’éteignit le 3 juillet 1834, à Paris. Il fut inhumé au cimetière du Montparnasse (3e division, 315 p. 1834).

Sources : Wiki et divers (APPL 2015)