Navigation







Sculpteurs - Statuaires - Arts de la pierre et du marbre

CABET Jean Baptiste Paul (1815-1876)

1ere division
vendredi 13 février 2015.
 

Sculpteur français

Paul Cabet, voit le jour à Nuits-Saint-Georges le 1er février 1815.

Décédé à Paris le 23 octobre 1876.

Sculpteur français.

Le père de Paul Cabet, Antoine François Cabet, était tonnelier à Nuits-Saint-Georges.

Après un premier apprentissage à l’École des beaux-arts de Dijon en 1834, sous la direction du peintre Jean-Claude Naigeon et du sculpteur Pierre-Paul Darbois, Paul Cabet entre l’année suivante à l’École de l’Académie des beaux-arts à Paris où il est l’élève des deux plus grands noms de la sculpture romantique, Pierre-Jean David d’Angers et François Rude.

Il débute au Salon de 1835 avec un Buste du poète Julien Paillet.

Rapidement acquis aux idées révolutionnaires, il est arrêté le 3 juin 1836 pour délit politique dans la tentative d’évasion d’Auguste Blanqui.

Élève favori de Rude, Paul Cabet collabore pendant plus de dix ans à plusieurs commandes de son maître et prend même la responsabilité de son atelier quand François Rude effectue un séjour en Italie, pour raisons de santé, en 1843.

Républicain convaincu, il n’hésite pas à afficher son hostilité au roi Louis-Philippe et juge plus prudent, en 1846, de s’exiler en Russie où il effectue plusieurs ouvrages dont des bas-reliefs pour la cathédrale Saint-Isaac de Saint-Pétersbourg, ou une fontaine monumentale à Odessa.

À son retour, en décembre 1852, il s’installe au voisinage du grand sculpteur. Leur collaboration devient de plus en plus étroite et leurs liens d’affection se resserrent au point que Rude propose à Cabet d’épouser sa nièce Martine Henriette Victorine Vanderhaert, fille de Victorine Frémiet, sœur de madame François Rude, née Sophie Fremiet.

Le mariage est célébré le 6 novembre 1853 en l’église Saint-Jacques-du-Haut-Pas6. Le 28 août 1855 Mme Cabet met au monde une petite fille, prénommée Françoise Victorine Sophie, dont François Rude sera le parrain. Elle épouse de René Louis Faber, et est morte à Paris le 6 janvier 1881.

À l’Exposition universelle de 1855, il obtient une médaille de seconde classe et une médaille de première classe au Salon de 1861.

Par décret du 12 aout 1868, il est nommé chevalier de la Légion d’honneur.

Paul Cabet meurt chez lui, rue des Feuillantines à Paris, le 23 octobre 1876, et est inhumé au cimetière du Montparnasse à Paris.

Une rue de Dijon porte son nom, ainsi qu’à Nuits-Saint-Georges, où son buste est accolé à la façade du beffroi.

Sources : Wiki et divers (APPL 2015)