Navigation







Sculpteurs - Statuaires - Arts de la pierre et du marbre

BOURDELLE Antoine (1861-1929)

15eme division
vendredi 13 février 2015.
 

Sculpteur français

Antoine Bourdelle, né Émile Antoine Bordelles à Montauban le 31 octobre 18611,2 et mort au Vésinet le 1er octobre 1929, est un sculpteur et artiste peintre français.

Élève d’Alexandre Falguière, il fréquente l’atelier de Jules Dalou et travaille comme praticien pour Auguste Rodin pendant quinze ans.

Il enseigne auprès de nombreux élèves dont certains, tels Matisse, Maillol, Iché, Giacometti ou Richier, sont des artistes majeurs de leur génération. Il connaît une renommée internationale avec ses sculptures monumentales comme Héraklès archer.

Enregistré Émile Antoine Bordelles à Montauban en Tarn-et-Garonne, l’artiste, dans une lettre manuscrite, écrit en 1909 : "...mon nom est Emile-Antoine Bordelles = par modestie je signe Bourdelle, et mon père signait lui-même Bourdelle = Bien que mon nom veuille dire plusieurs petites fermes au borduries..."]. L’artiste lui-même signé Bordelles dit Bourdelle.

Il quitte l’école à l’âge de 13 ans pour travailler, afin de l’aider, dans l’atelier d’ébénisterie de son père, Antoine Bourdelles.

S’orientant vers la sculpture, il décroche une bourse d’études à l’Académie des beaux-arts de Toulouse en 1876.

Il suit ensuite peu de temps les cours de l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris où il a pour maître Falguière. Membre de la « bande à Schnegg », il était l’ami de Gaston Schnegg, Lucien Schnegg, François Pompon, Jane Poupelet, Léon-Ernest Drivier, Jules Desbois...

Il décide de quitter l’École des Beaux Arts en 1886. Pour vivre, il dessine et vend ses dessins au bureau des vendeurs d’arts parisiens Goupil & Cie ; il travaille aussi chez Théo van Gogh le frère de Vincent.

Les années Rodin (1893-1908) :

En 1893, il entre comme praticien dans l’atelier de Rodin et participe au concours pour le monument aux morts de la guerre de 1870 à Montauban sa ville natale. La première maquette de ce monument est présentée en 1896. Les membres du comité chargé du projet l’accueillent très défavorablement. Finalement, il obtient cette commande en 1897 grâce à l’intervention de Rodin.

Il épouse le 22 mars 1904 Stéphanie Vanparÿs (1877 - 1945), dont il avait eu en 1903 un fils. Pierre Bourdelle (1903-1966) est un sculpteur et décorateur américain.

Près de Rodin, il rencontra Camille Claudel et en 1926, il écrit ces vers en souvenir de son visage :

« Cette chair de cristal moite de vivre encore

se désombrage aux yeux attesté du soleil [...]

Et le marbre émouvant des paupières mi-closes

s’accomplit de rosée au long éclair obscur

Dans le grand regard tiède où s’animent les roses ».

L’affirmation de son style (1909-1929) :

Bourdelle quitte Rodin en 1908. Il voyage en Pologne et reçoit la commande du Monument à Mickiéwicz auquel il va travailler jusqu’à sa mort. Il exécute le buste d’Ingres, Beethoven dans le vent, Beethoven aux deux mains et le Bélier couché.

Il épouse Cléopâtre Sévastos (1882-1972) le 17 juin 1918 à Saint-Cloud, dont il avait eu une fille, Rhodia (1911-2002), épouse de Michel Dufet.

Il est le créateur, avec Albert Besnard, et le vice-président du Salon des Tuileries, et en 1924 est décoré Commandeur de l’Ordre de la Légion d’honneur.

Les derniers mois :

Le 7 mai 1929, Antoine Bourdelle, malade, va se reposer dans la maison de son ami le fondeur Eugène Rudier au 18 route des Bouleaux au Vésinet, près de Paris. Pendant plusieurs semaines, Antoine Bourdelle fut si faible que l’on ne put lui montrer les lettres adressées par son ami André Suarès. Il se rétablit en juillet, put travailler et recevoir André Suarès, qui vint le visiter plusieurs fois au cours de l’été. Mais à la fin septembre, il rechute et meurt le 1er octobre 1929.

Antoine Bourdelle est enterré au cimetière du Montparnasse à Paris.

Sources : Wikipédia et divers (APPL 2015)