Navigation







Dessinateurs - Peintres - Décorateurs

BOUGUEREAU William (1825-1905)

12eme division
vendredi 13 février 2015.
 

Peintre français

William Bouguereau, voit le jour le 30 novembre 1825 à La Rochelle où il est mort le 19 août 1905.

Peintre français représentatif de la peinture académique.

Son acte de naissance indique Adolphe Williams Bouguereau, mais la dénomination d’usage est celle de la signature de ses tableaux, William Bouguereau.

Il est le fils d’un négociant en vins de Bordeaux et sa famille, de confession catholique, a des origines anglaises.

Il apprend le dessin à l’école municipale de dessins et de peintures de Bordeaux. En 1846, il entre aux Beaux-arts de Paris dans l’atelier de François-Édouard Picot sur la recommandation de J. P. Allaux. Il remporte le second prix de Rome ex æquo avec Gustave Boulanger pour sa peinture Saint Pierre après sa délivrance de prison vient retrouver les fidèles chez Marie (1848).

Il remporte le Premier Prix de Rome en 1850 avec Zénobie retrouvée par les bergers sur les bords de l’Araxe.

En 1866, le marchand de tableaux Paul Durand-Ruel s’occupe de sa carrière et permet à l’artiste de vendre plusieurs toiles à des clients privés. Il a ainsi énormément de succès auprès des acheteurs américains, au point qu’en 1878 lors de la première rétrospective de sa peinture pour l’exposition internationale de Paris, l’État ne peut rassembler que douze œuvres, le reste de sa production étant localisée aux États-Unis. Il passe aussi un contrat avec la maison d’édition Goupil pour la commercialisation de reproductions en gravure de ses œuvres.

Professeur en 1888 à l’école des beaux-arts de Paris et à l’Académie Julian, ses peintures de genre, réalistes ou sur des thèmes mythologiques sont exposées annuellement au Salon de Paris pendant toute la durée de sa carrière. Il travaille aussi à de grands travaux de décoration, notamment pour l’hôtel de Jean-François Bartholoni, et fait aussi le plafond du Grand-Théâtre de Bordeaux.

En 1876, il devient membre de l’Académie des beaux-arts, mais l’année suivante est marquée par des deuils successifs, d’abord deux de ses enfants et ensuite son épouse décèdent.

En 1885, il est élu président de la Fondation Taylor, fonction qu’il occupera jusqu’à la fin de sa vie. Il obtient la médaille d’honneur au Salon.

À un âge assez avancé, Bouguereau épouse, en deuxièmes noces, une de ses élèves, le peintre Elizabeth Jane Gardner. Le peintre use également de son influence pour permettre l’accès des femmes à beaucoup d’institutions artistiques en France.

Il meurt en 1905 à La Rochelle.

Ses tableaux sur la mythologie grecque foisonnent et renvoient aux thèmes déjà repris par la Première Renaissance et le néo-classicisme, périodes qui ont influencé sa peinture, il a notamment abondamment traité des sujets allégoriques. De nombreuses scènes idylliques, champêtres et bucoliques constituent son répertoire.

Un bon nombre de ses tableaux illustrent également les thèmes des liens familiaux et de l’enfance.

Entre toutes ses peintures, son thème de prédilection revient à l’image de la femme. Avec Cabanel, Gervex et Gérome son nom est associé au genre du nu académique. Sa Naissance de Vénus est emblématique, d’une peinture sensuelle profondément influencée par les vénus d’Ingres. C’est avec ce genre qu’il connaîtra le plus de succès mais rencontrera aussi le plus de critiques. À cause de la texture lisse et minutieuse de sa peinture, Joris-Karl Huysmans dira à son encontre : « Ce n’est même plus de la porcelaine, c’est du léché flasque ! »[réf. nécessaire]. Le peintre impressionniste Edgar Degas invente le verbe « bouguereauter » pour désigner ironiquement l’action de fondre et de lisser le rendu pictural de cette manière.

Après le deuil qu’il subit en 1877 il se tourne vers une peinture à thème religieux et délaisse les thèmes en rapport avec l’Antiquité de ses débuts.

Postérité :

Déconsidéré en Europe peu après sa mort et jusque vers la fin du XXe siècle, son œuvre y est redécouverte tardivement. De son vivant, les toiles de Bouguereau sont très recherchées par de riches Américains qui les achètent à des prix élevés, de sorte qu’une grande partie de ses œuvres ont quitté la France.

Dans le contexte du XXe siècle, où l’influence du modernisme grandit en histoire de l’art pour en devenir finalement le courant officiel, l’art académique se trouva discrédité, dévalué, sévèrement critiqué par une pensée moderniste favorable à l’art d’avant-garde et mis à l’index. Les artistes académiques comme Bouguereau connurent alors une dévaluation très significative. Pendant des décennies, le nom du peintre a même fréquemment disparu des encyclopédies généralistes et des enseignements artistiques ou fut simplement mentionné comme celui d’un exemple à ne pas suivre, objet de moqueries (souvent appuyées sur des citations de Zola ou de Huysmans) et entaché par des rumeurs diffamantes. On reprocha au peintre sa participation aux jurys des Salons officiels de peinture du XIXe siècle qui étaient majoritairement opposés à l’admission des œuvres relevant des mouvements modernes de la peinture (Cézanne surnommait le Salon « Salon de Bouguereau »).

À partir des années cinquante, Salvador Dalí manifeste son admiration pour l’art de Bouguereau, qu’il oppose à Picasso, et contribue à sa redécouverte. Dans Les cocus du vieil art moderne, Salvador Dali écrit : « Picasso qui a peur de tout, fabriquait du laid par peur de Bouguereau. Mais, lui, à la différence des autres, en fabriquait exprès, cocufiant ainsi ces critiques dithyrambiques qui prétendaient retrouver la beauté ».

Depuis l’exposition rétrospective de ses œuvres organisée au Petit Palais à Paris en 1984, la réputation de Bouguereau s’est progressivement améliorée, sur fond de controverse entre partisans et opposants au retour en grâce de la peinture académique. Ainsi, à l’ouverture du musée d’Orsay, à Paris en 1986, l’exposition d’œuvres académiques est sévèrement critiquée par une majorité de critiques d’art.

En 2001, Fred Ross, président du Art Renewal Center qui promeut la réhabilitation de Bouguereau, fustige ce qu’il estime être une « propagande » du modernisme ayant conduit, selon lui, au « système de pensée le plus oppressif et restrictif de toute l’histoire de l’art ». Il édite un catalogue raisonné de l’œuvre peint de Bouguereau écrit par Damien Bartoli.

En 2006-2007 a lieu au Philbrook Museum of Art une exposition16 consacrée au peintre et à ses élèves américains. La cote élevée de ses peintures témoigne du regain d’intérêt des collectionneurs d’art pour son œuvre et du goût du public pour ses peintures dans les musées.