Navigation







Théâtre - Danse - Arts de la scène

AVRIL Jane (1868-1943) (19)

19eme division
samedi 18 février 2006.
 

Le Moulin Rouge et la Belle Epoque

Jane Avril est née en 1868. Elle est placée très jeune en pensionnat, Jane Avril est à proprement dit partie de rien. Sa mère, ombrageuse et acariâtre, la maltraite. Elle finira par contracter une maladie nerveuse qui la fait admettre à l’hôpital de la Salpetrière, parmi les patientes plus ou moins hystériques du célèbre et fameux Docteur Charcot.

C’est une femme sensible et réservée. Mais, après une cruelle déception sentimentale, elle fait une crise suicidaire. Entre deux états, elle se met à fréquenter le monde trouble et interlope de la faune de ces femmes mi-danseuses, mi-prostituées, entretenues au vu et au su de tous. Ces amazones levant haut la jambe, font trembler les hauts lieux de la nuit tels que le Furet, le Vachette, le Bal Bullier, le Chat Noir, etc. Amoureuse de la danse, elle n’a pas vingt ans quand elle découvre sa véritable vocation.

A l’entrée de la fameuse rue du Caire, lors de l’Exposition Universelle de 1889, elle occupe le poste de caissière. Selon ces dires, à l’époque, elle ne fréquente le Moulin Rouge que pour son agrément et son plaisir.

C’est au Divan Japonais qu’elle joue ses premiers rôles. Elle est immédiatement remarquée et fait preuve d’un talent prometteur. Mais, un petit homme difforme, un soir, lui dessine sa première affiche en 1893, cela suffit pour qu’elle occupe pendant prés de trente ans le haut des planches. Elle fait partie su "Quadrille Naturaliste" du Moulin Rouge.

Elle est le modèle préféré de Henri de Toulouse-Lautrec. Contrairement à la Goulue et aux autres filles de la Belle Epoque, c’est une femme tout en finesse et en éducation, douée d’intelligence, c’est d’ailleurs elle-même qui commande ses propres affiches à Toulouse-Lautrec qu’elle admire beaucoup.

Elle vit plusieurs années avec Alphonse Allais, elle failli même l’épouser. Maurice Barrès lui-même lui voue une admiration sans borne. Elle fait partie du patrimoine parisien et Montmartrois, indissociable de l’image du Moulin Rouge et de la Belle-Epoque. Sur le tard, elle écrit ses Mémoires, récit haut en couleurs qui paru la première fois dans le journal Paris-Midi, en feuilleton en 1933. Une réédition est maintenant disponible, annotée et expurgée de ses nombreuses coquilles. Jane Avril s’est éteinte en 1943.

Sources : Mes Mémoires, de Jane Avril, Claudine Brécourt-Villars et Jean-Paul Morel. Ed. Phoebus. Jane Avril au Moulin rouge avec Toulouse Lautrec, par François Caradec. Ed. Fayard.