Navigation







Compositeurs - Musiciens - Chanteurs

BIZET Georges (1838-1875)

68eme division (1ere ligne, W, 9)
jeudi 16 février 2006.
 

Carmen

Alexandre-César-Léopold, dit Georges, Bizet est un compositeur français du XIXe siècle, né à Paris 25 octobre 1838. Il est le « père » de l’un des opéras français les plus populaires au monde : Carmen (1875).

Alexandre-César-Léopold Bizet naît au 26 rue de la Tour-d’Auvergne le 25 octobre 1838. Il est rapidement rebaptisé Georges, le 16 mars 1840.

Son père est coiffeur-perruquier et sa mère pianiste amateur. Son oncle François Delsarte est un professeur de chant, célèbre dans l’Europe entière.

Georges montre très tôt des dons pour la musique et entre au Conservatoire de Paris à l’âge de neuf ans. Il y récolte de nombreux prix - solfège, piano, fugue, orgue. En 1852, son opérette Le Docteur Miracle remporte le premier prix du concours d’opérette organisé par Jacques Offenbach, ex-aequo avec un autre compositeur débutant, Charles Lecocq. La même année, il remporte le Grand Prix de Rome de composition musicale.

Pendant son séjour à l’Académie de France à Rome de la villa Médicis, il effectue les « envois » ordinaires :

un opéra-bouffe italien : Don Procopio une Symphonie en ut, une ouverture : La Chasse d’Ossian, un opéra-comique en un acte : La Gulza de l’émir.

De retour en France, il se consacre à l’enseignement et à la composition. Il épouse en 1869 Geneviève Halévy, fille de son professeur de composition, Jacques Fromental Halévy. Celle-ci lui donne un fils, Jacques (1872-1922).

Le 3 mars 1875, il est fait chevalier de la Légion d’honneur, le jour de la première de Carmen.

Le 29 mai 1875, il se baigne dans la Seine près de Bougival, alors que l’eau est glacée. Le lendemain, il est pris d’une crise de rhumatisme articulaire. Le 1er juin, des complications apparaissent. Sa santé s’aggrave et dans la nuit du 2 au 3 juin, il est victime de complications cardiaques et meurt alors qu’il n’a pas 37 ans.

Son opéra Carmen, adapté de la nouvelle de Prosper Mérimée, reste l’une des œuvres du répertoire les plus jouées dans le monde. Composé de 1 200 feuillets, c’est au cours de sa rédaction qu’il est victime de ses premières angines de poitrine et d’un rhumatisme articulaire. Malgré un accueil français mitigé, dû en particulier au sujet jugé trop « scabreux » pour une scène lyrique, le succès européen fut très rapide après sa mort. Les allemands Wagner, Brahms et Nietzsche furent entre autres, des défenseurs de l’œuvre.

La Symphonie en ut ne fut redécouverte qu’en 1933 par le musicologue D.C. Parker, dans les archives du conservatoire de Paris. Felix Weingartner la créa à Bâle deux ans plus tard, et elle fut enregistrée pour la première fois par la firme de disque His Master Voice en 1937 avec l’Orchestre philharmonique de Londres sous la direction du chef Sir Hamilton Harty.

C. D

Le buste de cette sépulture

a été volé courant novembre 2006

Depuis, les voleurs ont été arretés, le buste retrouvé (ainsi que d’autres). Seule ombre au tableau : sa remise en place, bien que prévue, rique de s’éterniser pour de multiples motifs...

R. D.F. 10-12-2007 APPL

G. Bizet-Les Pecheurs de Perles - Je crois entendre encore - Alain Vanzo

G. Bizet - L’Arlésienne, farandole

Sources : Wikipédia et divers.

Voir aussi le site musicologie sur Georges Bizet