Navigation







Animateurs - Radio - Télévision - Arts de l’écran

NOHAIN Jean (1900-1981)

89eme division
mardi 14 février 2006.
 

36 chandelles

Jean Nohain, dit aussi Jaboune, de son vrai nom Jean-Marie Legrand, est né le 16 février 1900 à Paris. Il reprend le nom de son père, l’écrivain Franc-Nohain en hommage à une petite rivière Donziaise.

Fils de Franc-Nohain et de Marie-Madeleine Dauphin, il est le frère du talentueux acteur Claude Dauphin. Pendant la seconde guerre mondiale, il est dans la prestigieuse division Leclerc, la fameuse 2eme DB.

Le 23 novembre 1944, il reçoit une balle en plein visage qui lui paralyse les traits pour le reste de ses jours. Lorsqu’il fera et animera des émissions de télévision, il se présentera toujours sur son meilleur profil. C’est le parolier de Mireille (Ce petit chemin). Il est avant guerre un pionnier des émissions de radio pour la jeunesse.

Il est le créateur de l’émission Reine d’un jour, qui offre du rêve à la ménagère prise au hasard, en lui permettant de vivre comme une Reine, le temps d’une journée. Après la guerre, il organise et présente une émission de variété considérée comme un modèle du genre, 36 chandelles.

A l’époque, l’horaire importe peu, l’émission conçue pour durer 2 heures déborde parfois pour durer toute l’après midi, sorte d’auberge espagnole, elle accueille tous ceux qui passent la porte. C’est cette émission qui fait connaître au grand public Fernand Raynaud, qui en est l’invité permanent, ainsi que le ventriloque Jacques Courtois avec sa marionnette le canard Omer.

Jean Nohain a des phrases et des locutions repères qui lui appartiennent, Bien de chez nous et c’est merveilleux font parties de celles-ci. Il est la cible des caricaturistes, sans méchanceté sans doute, mais souvent bien à tort. Son rôle de naïf perpétuel émerveillé devant les progrès de son temps prend ses racines de l’optimisme général des années 1950-1960, que l’on décrit trop vite actuellement comme l’Âge d’or.

C’est un homme apprécié et tendre d’une époque révolue. Son fils, Dominique Nohain fait son apparition dans quelques uns de ses spectacles, il s’oriente par la suite vers une carrière d’auteur dramatique.

Jean Nohain est décédé le 25 janvier 1981 à Paris. Il est inhumé avec son père Franc-Nohain et son frère Claude Dauphin dans la 89eme division.