Navigation







Ecrivains - Librettistes - Poétes

FRANC-NOHAIN, Maurice Etienne (1873-1934)

89eme division
mardi 14 février 2006.
 

Le poète amorphe

Maurice Etienne Legrand, dit Franc-Nohain est né à Corbigny en 1873.

Il fut tour à tour, avocat, sous-préfet, écrivain, librettiste et poète. Il prit Nohain comme pseudonyme en hommage au petit cours d’eau traversant Donzy, lieu de ses vacances d’enfance.

Au lycée Janson de sailly, il fonde en compagnie d’André Gide et Pierre Louÿs, le bulletin, Potache revue. Dans la revue Le Chat noir, il publie ses poèmes qui rencontrent un très bon succès d’estime. Il se qualifie alors de « poète amorphe ».

Il écrit de nombreux livrets d’opérettes pour le compositeur en vogue Claude Terrasse, notamment celui de L’heure espagnole de Maurice Ravel. Puis il fonde le Canard sauvage et devient le rédacteur en chef de l’Echo de Paris.

Il a deux fils : Jean, qui deviendra Jean Nohain (dit Jaboune) dont le parrain sera Alfred Jarry et le comédien Claude Dauphin. On lui doit entre autres : Inattentions et solitudes, en 1894, Flûtes en 1898, Les chansons des trains et des gares, en 1899, Le journal de Jaboune en 1914, Les avis de l’oncle Bernard en 1920, Le Kiosque à musique en 1922, Les salles d’attentes, en 1922, Nouvelles fables, en 1927, La vie amoureuse de Jean de La Fontaine, en 1928, Le jardin des bêtes et des plantes, en 1923, Fables et l’art de vivre en 1929, Dites-nous quelque chose en 1930, La cité heureuse, la même année, Saint-louis en 1932, Bayard ou la gentillesse française, en 1934, Histoire sainte, en 1934, Bien vivre, en 1936, suivi du Cabinet de lecture et de L’Orphéon, chœurs et cantates. En 2003, est publiée une œuvre posthume, Vive la France. Franc-Nohain est décédé en 1934 à Corbagny.

Crédit photo : Annie_photo (APPL 5-2006)