Navigation







Seconde Guerre Mondiale - France Libre - Résistance

BONGRAND Michel (1921-2014)

division
mardi 2 septembre 2014.
 

Résistant et publicitaire

Michel Bongrand,voit le jour le 30 décembre 1921 à Colombes (Hauts-de-Seine), et mort le 19 août 2014 (à 92 ans).

Conseil en marketing politique français, il est considéré comme un des « pères de la communication politique en France »1.

Michel BONGRAND, « pape du marketing politique », résistant et gaulliste historique, est décédé le 19 août 2014 dans sa quatre-vingt-treizième année.

Une cérémonie aura lieu le mercredi 3 septembre à 11 heures, au temple de l’Oratoire, 145, rue Saint-Honoré, Paris 1er. Elle sera suivie de l’inhumation au Père-Lachaise.

Michel Bongrand, entre autres faits de gloire, a introduit le marketing politique dans le cadre de la première campagne présidentielle au suffrage universel en 1965, pour le candidat Jean Lecanuet.

Engagé dans la Résistance dès décembre 1940 à l’âge de vingt ans, il devient en 1943 parachutiste de la France libre. Interné résistant, il est décoré pour faits de guerre de la rosette de la Résistance, et la croix de guerre 1939-1945 avec palmes. Grand invalide de guerre, il est commandeur de la Légion d’honneur.

Publicitaire pour les Éditions Jean Darroux puis dirigeant de la société « Services et Méthode », il lance avec succès en 1963 en France le premier film James Bond (« James Bond 007 contre Dr. No »).

Après avoir assisté à la campagne de John Fitzgerald Kennedy de 1960 et mesurant l’importance du rôle de la télévision, il décide d’appliquer en France les techniques du marketing à la politique. Ce gaulliste historique, un temps membre du RPF, propose naturellement ses services à l’entourage de Charles de Gaulle. Mais le président de la République en exercice ne veut pas entendre parler de « marketing politique », refusant même au début d’utiliser son temps de parole à la télévision.

Michel Bongrand rejoint finalement Jean Lecanuet, le « Kennedy français », candidat centriste qui passera de 4 % dans les sondages à 15 % des suffrages en décembre 1965, obligeant le général de Gaulle à affronter François Mitterrand au second tour.

Dès les élections législatives de 1967, les gaullistes, qui ont pourtant moqué le lancement du candidat Lecanuet « comme une savonnette », font appel aux services de Michel Bongrand.

Ce dernier fonde en 1968 sa propre société de conseil en communication, travaillant pour de nombreux hommes - en France et à l’étranger - ainsi que pour de nombreuses campagnes d’intérêt général, notamment les campagnes de sécurité routière « un petit clic vaut mieux qu’un grand choc » (1975) et « boire ou conduire il faut choisir » (1977-1978).

Il revendique, avec Jacques Séguéla, la paternité du slogan « La Force tranquille », repris par François Mitterrand en 1981 et qu’il aurait proposé au président Valéry Giscard d’Estaing, qui n’en aurait pas voulu.

Il fonde l’Association internationale des conseils politiques avec Joseph Napolitan.

Grand bridgeur, il est longtemps président de la Fédération française de bridge et fonde la Confédération des loisirs de l’esprit (CLE) qui regroupe qui regroupe huit fédérations françaises de jeux de l’esprit :bridge, échecs, go, dames,mathématiques, Othello, Scrabble et tarot.

Autre particularité : Michel Bongrand était un grand amateur de cigares.

Sources : Wikipedia, La croix et France Culture.