Navigation







Cinéma - Télévision - Arts de l’écran - Acteurs

BRASSEUR Pierre (1905-1972)

59eme division
lundi 13 février 2006.
 

Les enfants du paradis

De son vrai nom Pierre Albert Espinasse, Pierre Brasseur est né le 22 décembre 1905 à Paris.

Très jeune, il se destine au cinéma. Mais il n’est pas accepté au conservatoire. Il étudie alors l’art dramatique au conservatoire Maubel. Il y est en bonne compagnie avec Harry Baur et Fernand Ledoux. Il feront tous trois la carrière que l’on sait.

Ce grand comédien sera marié avec Odette Joyeux, dont il aura son unique enfant, Claude, devenu comédien de talent lui aussi. Il se remariera deux fois, avec Lina Madrini et la chanteuse Catherine Sauvage.

En 1924, Pierre brasseur débute au théâtre. La même année, il joue dans un film de Jean Renoir, la Fille de l’eau. Puis ce sera en 1934, Quadrille d’amour de R. Eichberg et G. Fied, La Caravane d’Erick Charel. En 1935, Jacques Prévert et Pierre Brasseur tournent Un oiseau rare.

En 1937, c’est Hercule d’Alexandre Esway, Le Schouptz de Marcel Pagnol avec Fernandel et Orane Demazis, En 1938, il travaille avec Jean Gabin sur un film de Marcel carné, Quai des brumes en compagnie d’une débutante de talent Michèle Morgan. Puis ce sera en 1939, Dernière jeunesse de Jeff Musso. En pleine occupation, en 1943, il tourne ce qui est devenu un chef d’œuvre classique du cinéma français, Les enfants du paradis, avec Arletty, Jean Louis Barrault et une pléiade d’acteurs en renom de l’époque. En 1943 encore, Adieu Léonard de Pierre Prévert. Il tourne en 1946 un film intitulé Les portes de la nuit avec un jeune débutant : Yves Montand, ce film n’eut à sa sortie aucun succès, il s’est bien rattrapé depuis. En 1948, André Cayatte lui offre un rôle sur mesure dans Les amants de Vérone. S’enchaînera ensuite divers films, Rocambole ( 1949), Maître après dieu (1950), Le plaisir, de Max Ophuls (1951), Le rideau rouge (1952). Entouré des plus grands comédiens, il tourne en 1954, le Napoléon de Sacha Guitry, La tour de Nesles d’Abel Gance. En 1957, c’est Porte des Lilas de René Clair et l’année suivante, Les grandes familles de Denys de la Patellière, qui est un grand succès. Il enchaînera encore une vingtaine de films entre 1959 et 1970. En 1964, il partage l’affiche avec son fils Claude sur le film Lucky Jo de Michel deville. On le voit aussi à la télévision en 1970, dans Les frères Kamarazov. En 1972, il tourne La plus belle histoire de ma vie qu’il ne finira jamais, il meurt en Italie, à Brunico, le 14 août 1872. Sa sépulture au Père Lachaise est presque à l’abandon. Il repose non loin de Gaspard Deburau, mime célèbre qui inspira le personnage de Pierrot dans le film Les enfants du paradis en 1943.

Crédit photo : Annie_photo (APPL 2008)