Navigation







Ecrivains - Littérateurs - Editeurs - Hommes de lettres

KESSLER Harry, comte (1868-1937)

57eme division
jeudi 19 juin 2014.
 

Editeur et homme politique

Harry, comte Kessler ( Né Harry Clemens Ulrich Kessler)voit le jour le 23 mai 1868 à Paris.

Décédé à Lyon le 30 novembre 1937.

Editeur, mécène, homme politique, diplomate.

Son père était allemand, sa mère anglo-irlandaise. Kessler a d’abord fait ses études à Paris ; par la suite a passé deux ans à l’école à Ascot avant le transfert à Hambourg.

1888 : études de droit à l’Université de Bonn.

1889 : a étudié le droit, économie, histoire de l’art à L’Université de Leipzig.

Cosmopolite grâce à la naissance et l’éducation, Kessler avait choisi la nationalité allemande, s’alliant avec la tradition humaniste classique incorporée dans Goethe, Kant et les Humboldts, (Newman, 1995, p. 3) Intéressés par la diplomatie.

En 1894 il s’était également tourné vers l’art, s’impliquant avec le journal Pan (1895-1900, membre du Conseil de 1896) et avec des artistes comme van de Velde.

1904 : exposition organisée de New English Art, Weimar ; est devenu de plus en plus intéressés par impression et conception de l’ouvrage.

1909-10 : conçu avec Emery Walker le Grossherzog Wilhelm Ernst édition des classiques allemands, un titre qui a été de Goethe Dramatische Dichtungen (Poèmes dramatiques) ; Kessler a commandé Eric Gill pour concevoir la page de titre (autres pages de titre conçus par Edward Johnston).

Juillet 1913 : fondé le Cranach Presse (1913-31), une initiative privée, à Weimar. 1914-16 : service militaire.

1918 : nommé ministre pour la Pologne par la République de Weimar ; déplacé dans les plus hautes sphères sociales et politiques.

Avril 1922 : membre de la délégation allemande à la Conférence européenne de l’industriel, Gênes. « Cranach presse Hamlet (1930, éd. anglaise ; gravures sur bois de Gordon Craig, imprimé par Poeschel) est l’exemple le plus remarquable de l’influence en Allemagne de la Renaissance anglaise de l’impression fine. » (Impression et l’esprit de l’homme) « en privé, Poesch, m’a dit que le hameau lui a causé une nuit blanche, tellement excité qu’il avait été par lui. » (Kessler, Diaries, p. 381)

Le 15 septembre 1930 , il écrivit : « le National socialisme est un délire de la classe moyenne et basse allemande.

Le poison de sa maladie peut cependant apporter une baisse de la ruine sur l’Allemagne et l’Europe pour les décennies à venir. » (Agendas).

Le 25 avril 1932 , il écrivit : « I..ecognize deux caractéristiques comme étant absolument et tel de base pour tous les allemands, mais surtout la jeune génération, qu’elles appartiennent à gauche ou à droite, les communistes, les Nazis, les sociaux-démocrates ou la classe moyenne : fuite dans la métaphysique, dans une sorte de « foi » et le désir pour la discipline, pour permanent à attention et recevoir des ordres ou leur délivrance.

L’allemand, en raison de certains sentiments ou autre de l’insécurité, est par le biais et un militariste et à travers et à travers une évasion dans certains type d’au-delà ou utopie et cette terrible est qu’il les mixe ensemble ! " (Agendas)

Février 1933 : coorganisateur du Congrès contre le fascisme "Das freie Wort" à Berlin.

Mars 1933 : « un démocrate et pacifiste [he] lui a conseillé de quitter l’Allemagne pour de bon. » (L.M. Newman, 1995, p. 222)

1933-7 : Kessler a voyagé entre Paris, Londres, la Suisse, Palma et Pontanevaux.

Décédé le 30 novembre 1937 à Lyon, France. Enterré au cimetière du Père-Lachaise, Paris.

La sépulture, en état moyen , renferme également la dépouille de sa soeur Wilma, mariée à Christian Michel Du Roc de Brion (Marquis, descendant direct du Maréchal Duroc) et le fils de Wilma et Christian, le marquis Jacques Michel Du Roc de Brion.

La concession est enregistrés sous le nom de la famille britannique maternelle de Wilma et Harry von Kessler. (LYNCH (Ousted Finnis Blosse Lynch, Commodore Henry Blosse Lynch, etc).

Sources : Wikipédia et divers.

Un grand merci à Beatrice Boucharenc pour son aide précieuse pour la recherche de ce personnage.

Crédit photo : Béatrice Boucharenc (APPL 2014)