Navigation







Hommes politiques - Représentants du Peuple - Députés -Sénateurs

DECORI Félix (1860-1915)

49eme division (2eme section)
vendredi 28 février 2014.
 

Homme politique français

Felix Decori, voit le jour le 1er mars 1860.

Décédé en 1915 à Paris.

Avocat et un homme politique français.

Félix Decori est né à Paris dans une famille corse. Après des études au lycée Charlemagne, il est inscrit au stage dès 1883. En 1886, il est nommé secrétaire de la conférence des avocats, dont il est dixième et où il rencontre Louis Barthou.

Il est l’un pilier du Chat noir et devient plus tard un proche de Raymond Poincaré.

Inscrit au barreau de Paris, il devient un pénaliste réputé. Il s’illustre dans deux affaires criminelles : l’affaire dite de la Malle sanglante de Millery où il ne peut éviter la peine capitale à l’un des accusés, Michel Eyraud, et l’affaire de l’Opéra.

Malgré son talent, il se tourne plus tard vers le droit civil, devenant l’avocat attitré de l’administration des douanes.

Félix Decori est aussi un lettré. Il commente et publie, en 1904, aux éditions Deman à Bruxelles, la Correspondance de George Sand et Alfred de Musset.

Il a aussi tâté de la politique en se présentant comme radical à une sénatoriale en Corse, mais subira un échec.

Félix Decori est élu au Conseil de l’Ordre au début de l’année 1914, ce qui montre son influence au sein du barreau parisien.

Son épouse depuis 1888, née Magdeleine Perrody, aurait été la maîtresse de Poincaré. Elle a légué à la Bibliothèque nationale son Journal et les papiers de son mari.

Ami de Raymond Poincaré, celui-ci le désigne au tout début de la guerre comme secrétaire général civil de la Présidence de la république, où il traite de questions politiques et diplomatiques.

Félix Decori arrive donc à l’Élysée à cinquante-quatre ans, encore dans la force de l’âge, mais affaibli par des troubles cardiaques.

Ne ménageant guère sa santé, il décède subitement, dans son bureau, en octobre 1915.

Le pénaliste Henri-Robert prononce son oraison funèbre devant un Raymond Poincaré très affecté.