Navigation







Créateurs - Hommes d’affaires - Entrepreneurs

DALOZ Jean Baptiste Alphonse (1800-1885)

15eme division (1ere ligne)
samedi 1er février 2014.
 

Fondateur du Touquet

Jean-Baptiste Alphonse Daloz voit le jour à Paris le 31 mars 1800.

Décédé à Nice le 17 février 1885.

Il épouse en première noce le 29 octobre 1827, Armandine Alphonsine Pignatelli, fille d’Émilie Bigottini, la célèbre danseuse de l’Opéra.

De ce mariage naissent deux enfants : André Émile qui meurt à 17 ans, et Henriette Marie Caroline, qui épousera Charles Louis Rigaud. Veuf en 1833, il se remarie en 1834 et divorcera aux torts de sa seconde épouse en 1846. De ce second mariage, naît un fils Eugène.

Notaire à Paris en 1827, il achète aux enchères avec son associé M. Alyon pour 120 100 F, le 25 avril 1837, à l’État un « lais de mer » (c’est-à-dire des terrains dunaires à l’embouchure de la Canche) de plus de 1 600 hectares, au lieu dit Touquet, pour en faire un terrain de chasse3’.

Fortune faite, il cède son office notarial et, passionné par la nature et la chasse, il se consacre à l’élevage et à l’agriculture sur ses terres du Touquet.

Il tente plusieurs affaires, dont la création d’une distillerie, mais n’en réussit aucune. Son associé M. Alyon le quitte en 1855 et vend ses parts à Charles Louis Rigaud, le gendre de Jean-Baptiste Daloz.

Il fut maire de Cucq de 1855 à 1865.

En 1856, aidé par son gendre Charles Louis Rigaud, il tente l’aventure que venait de réussir Nicolas Brémontier dans les Landes de Gascogne en 1786 : fixer les dunes par des plantations de pins maritimes. Ils décident donc de planter sur 800 hectares, une forêt pour fixer le sable très mobile en y faisant pousser 4 500 espèces d’arbres (essentiellement des pins maritimes).

En 1864, n’habitant plus guère à Paris, il se fait construire un grand chalet appelé « le château » (à l’emplacement de l’actuel « Palais de l’Europe ».).

En octobre 1874, il invite son ami, Hippolyte de Villemessant, fondateur du Figaro, à une partie de chasse. Ce dernier, émerveillé par le décor qu’il qualifie d’« Arcachon du Nord », donne l’idée au propriétaire de lotir une partie de son domaine, d’en faire une station balnéaire et de lui donner le nom de « Paris-Plage ».

C’est ainsi qu’en 1882, Jean-Baptiste Daloz crée le premier lotissement (partie du Touquet aujourd’hui à l’ouest du boulevard Daloz).

Ce premier lotissement appelé « Paris-Plage » fut dessiné par le géomètre Raymond Lens. Les deux premières maisons (La Vigie et l’Avant-Garde) y furent construites dès 1882.

L’HEPHEMERIDE DU PÈRE LACHAISE

17 février 1885.

Mort à Nice d’Alphonse DALOZ, le créateur de Paris-Plage.

En 1837, Alphonse Daloz, notaire à Paris, acquiert avec son associé, en bord de Manche, au lieu dit Touquet, 1600 hectares de dunes et garennes.

Fortune faite, il cède son office notarial et, passionné par la nature et la chasse, se consacre à l’élevage et à l’agriculture sur ses terres du Touquet.

Son associé le quitte en 1855 et vend ses parts à M. Rigaud, le gendre d’Alphonse Daloz.

Après ses tentatives infructueuses de culture et d’élevage, Alphonse Daloz s’oriente en 1856 vers la sylviculture.

Il tente avec son gendre l’aventure que venait de réussir Nicolas Brémontier dans les Landes de Gascogne en 1786 : fixer les dunes par des plantations de pins maritimes. Ils décident de planter sur 800 hectares, une forêt pour fixer le sable très mobile des dunes en y faisant pousser 4 500 espèces d’arbres (essentiellement des pins maritimes).

Entre 1856 et 1882 naît progressivement un massif forestier qui atteint au maximum de son extension 1200 hectares.

En 1864, n’habitant plus guère à Paris, Alphonse Daloz se fait construire un grand chalet appelé « le château » (à l’emplacement de l’actuel « Palais de l’Europe ».).

En octobre 1874, il invite son ami journaliste, Hippolyte de Villemessant, rédacteur en chef-fondateur du Figaro, à une partie de chasse. Ce dernier, émerveillé par le site qu’il qualifie d’« Arcachon du Nord », donne l’idée au propriétaire de lotir une partie de son domaine, d’en faire une station balnéaire et de la baptiser « Paris-Plage ».

De retour à Paris, il écrit dans Le Figaro : « À quatre kilomètres d’Étaples et à l’embouchure de la Canche, abritée par une forêt de sapins de 1 000 hectares, se trouve une plage plus belle que Trouville. Si Dieu me prête vie, je veux faire de ce pays un Arcachon du Nord. Avant peu Le Touquet sera le rendez-vous favori de nos baigneurs parisiens et j’aurai résolu d’une façon pratique le fameux problème Paris-Plage ».

Les deux premières maisons du lotissement (La Vigie et l’Avant-Garde) furent construites dès 1882.

L’enthousiasme pour la région de l’homme d’affaires anglais Sir John Whitley, adepte de la mode balnéaire, suscitera en 1902 la création du Touquet Syndicate Limited, lequel étendra le domaine urbanisé, multipliera les équipements, développera les activités et la fréquentation hôtelière dès le début du XXe siècle.

La prospérité du Touquet deviendra alors indissociable de la présence britannique. A partir de là, Le Touquet connaîtra une renommée mondiale.

Affiche publicitaire de la Compagnie de Chemin de fer du Nord pour promouvoir le tourisme au Touquet-Paris-Plage. Elle est illustrée par Robert Boullier, peintre douaisien, et a été imprimée par F. Champenois vers 1905 :

Sources : Wiki et divers.