Navigation







Monuments commémoratifs - Curiosa

La Chapelle expiatoire

L’ancien cimetière de la Madeleine
lundi 24 avril 2006.
 

En mémoire de Louis XVI et Marie-Antoinette

A la Restauration, Louis XVIII décide en 1815, d’élever une chapelle en mémoire de son frère le Roi Louis XVI et de sa belle-sœur, la Reine Marie Antoinette exécutés par les révolutionnaires. Il choisit pour cela l’emplacement de l’ancien cimetière de la Madeleine où furent inhumés les dépouilles des deux souverains, ainsi que prés de 1300 autres suppliciés ou victimes de la révolution (Dont les gardes Suisses massacrés aux Tuileries le 10 août 1792).

La construction en fut confiée à l’architecte Pierre-François-Léonard Fontaine (Percier, pour sa part, s’est retiré de la carrière officielle en 1804) qui poursuivra sa carrière jusqu’ au Second Empire. Le monument fut élevé de 1815 à 1826. L’architecte fut secondé, comme inspecteur, par son élève Louis-Hippolyte Lebas. Le terme de Chapelle expiatoire ne sera jamais employé officiellement. Les dépouilles de Louis XVIII et de Marie Antoinette furent quand à elles, transférées à la basilique de Saint Denis. Les restes du Roi se sont limitées à une chaussure et quelques traces d’ossements, quand a ceux de la Reine, seule une jarretière permit d’identifier ce qui restait de sa dépouille.

La composition de la chapelle expiatoire n’est pas sans rappeler le couvent de la Reine à Versailles du à Richard Mique. Vu de l’extérieur, l’édifice se présente comme une enceinte fermée avec un portail donnant accès à une esplanade surélevée encadrée de deux galeries de cloître, sorte de petit Campo Santo, zone d’isolement et de recueillement. Dans le fond, un portique tétrastyle dorique donnant accès à la chapelle. Le plan centré, en référence aux martyriums, parait ici le plus approprié à un édifice commémoratif. Le plan général est en forme de croix grecque, qui permet de goûter l’harmonie équilibrée née de la coupole et des deux demi coupoles entourant le massif cubique adouci par le péristyle.

On retrouve à l’intérieur la science et le savoir faire de l’architecte Fontaine. Composé de trois voûtes en cul de four à caissons, éclairés dans la partie supérieure contrebutant la coupole centrale également à caissons et ajourée, reposant sur des pendentifs. Ajoutez à cela l’éclairage naturel, dispensé par les occuli des voûtes, et l’endroit devient sépulcral à souhait.

L’emplacement exact de la tombe de Louis XVI se situe à l’autel de la crypte. L’ensemble abrite deux remarquables groupes sculptés : Louis XVI, auquel un ange montre le ciel, de François Joseph Bosio, et Marie-Antoinette soutenue par la religion, de Jean-Pierre Cortot.

Testament de Louis XVI (Archives Nationales)

Cet édifice, bien ignoré des parisiens de nos jours, est le cadre de services religieux à la mémoire des souverains et des victimes des exactions révolutionnaires. Sa destruction fut maintes fois envisagée, tant à une époque, cette célébration du martyr royal faisait figure d’épine plantée dans le dos de la République. Toute velléité de démolition disparue quelque temps avant la première guerre mondiale.

La Chapelle expiatoire