Navigation







Ecrivains - Philosophes - Traducteurs

HAAR Michel (1937-2003)

87eme division (Columbarium, case 233)
dimanche 18 août 2013.
 

Philosophe français

Michel Haar, voit le jour à Strasbourg (Bas-Rhin) le 6 juin 1937.

Décédé le 18 août 2003 à La Verrière (Yvelines).

Philosophe et traducteur français.

Né d’une famille de fonctionnaires, son père (Albert Haar), ayant obtenu la médaille de la résistance pendant la deuxième guerre mondiale, terminera sa carrière à Strasbourg et sa mère (Jeanne Muller) faisant carrière à la poste (PTT). Michel Haar fit ses études secondaires de 1948 à 1954 au Lycée Fustel de Coulanges à Strasbourg où il eut notamment comme professeur en Khâgne Julien Freund, élu par la suite professeur à l’Université de Strasbourg.

Michel Haar a été professeur d’histoire de philosophie moderne et contemporaine à l’Université de Paris XII, puis professeur de philosophie à l’Université Paris I-Panthéon-Sorbonne. Il était spécialiste de Friedrich Nietzsche, de Martin Heidegger (En 1983, il dirige le « Cahier de l’Herne » consacré à Heidegger) et de la phénoménologie.

Dans son activité de traducteur, il a traduit notamment La Naissance de la tragédie avec Philippe Lacoue-Labarthe et Jean-Luc Nancy. Il a participé à la traduction des Œuvres philosophiques complètes de Nietzsche chez Gallimard avec Marc de Launay. Il est l’auteur d’un essai consacré à la poésie de Nietzsche. Capable s’assumer [sa] part volontaire de « mensonge », c’est-à-dire de fiction consciente et délibérée, le poète ne prétendrait plus à ces rôles religieux d’autrefois : le mage, l’inspiré des dieux ou leur interprète, le prophète, le devin.

Son ami Dominique Janicaud (ENS) lui a dédié un texte intitulé « Sur le chemin de Nietzsche ».

À partir de 1980, Michel Haar a donné des cours de Préparation à l’Agrégation.

En 1987-88 et 1988-89, il réalisé des cours sur Nietzsche en vue de la 3° Dissertation (Histoire de la Philosophie). Puis il donne un cours, dans le cadre de la 2° Dissertation, sur l’expression artistique. Il a co-dirigé, avec M. le Professeur Guiomar, de nombreux mémoires de Maîtrise d’Esthétique et d’Histoire de la Philosophie.

Pendant plusieurs années, il a donné un cours d’Esthétique en Licence sur l’ontologie de la peinture, des arts plastiques et de la poésie ; ainsi que des cours et travaux dirigés de Philosophie générale dans le Premier Cycle (thèmes récents : la conscience, le temps, la liberté).

Décédé en 2003, sa dépouille fut crématisée, il repose dans le columbarium (87e division)

Sources : Wikipédia et divers.

Photo de la plaque : Pierre-Yves Beaudoin (Wikimédia Commons).

(APPL 2017)