Navigation







Metteurs en scène - Cinéastes - Scriptes - Arts de l’écran

LICHTIG Lucie (1912-1999)

10eme division
mercredi 7 août 2013.
 

Scripte et résistante

Lucie Lichtig voit le jour le 26 avril 1912 à Vladivostok (Russie)

Décédée le 19 août 1999 à Brest (Finistère, France)

Scripte et résistante.

Lucie Lichtig fait des études au Japon et en Chine et arrive en Europe en 1927. C’est dans les années trente qu’elle débute comme technicienne du cinéma, travaillant d’abord à la postsynchronisation des films, puis en tant que scripte à partir de 1933.

C’est Max Ophüls qui lui offre sa première expérience de script-girl avec Liebelei (1933). Font alors appel à elle Pierre Weil pour le tournage de Trois dans un moulin (1936), Marc Allégret pour La Dame de Malacca (1937) et Pierre Colombier pour Quartier Latin (1939).

La guerre survient, puis l’Occupation, et Lucie Lichtig doit se réfugier à Nice ; elle entre dans la résistance en rejoignant le réseau Alliance.

À la fin de la guerre, elle reprend son métier de scripte. C’est le début d’une longue carrière, riche de rencontres avec les plus grands réalisateurs. Le premier est Edmond T. Gréville, qu’elle assistera sur six films. Elle travaille à nouveau avec Max Ophuls sur les désormais classiques La Ronde (1950) et Lola Montès (1955). Les années cinquante et soixante lui permettent de travailler sur des films mythiques comme Amère victoire (Nicholas Ray, 1957), Les 55 jours de Pékin (Nicholas Ray, 1962), Cléopatre (Mankiewicz, 1960), Le Jour le plus long (1961). Lucie Lichtig enchaîne les tournages et se construit une carrière internationale, en France et aux États-Unis. Elle travaille ainsi avec Henri Calef (Les Eaux troubles, 1948), Jean Dréville (Escale à Orly , 1954), Claude Sautet (Bonjour sourire,1955), Jean Delannoy (Le Rendez-vous, 1961), Marcel Carné (Les jeunes loups, 1967) ou encore Joseph Losey (Monsieur Klein , 1976).

Outre-Atlantique, Lucie Lichtig apparaît au générique de films d’immenses réalisateurs, comme Billy Wilder (Ariane, 1956), Richard Fleishner (Drame dans un miroir, 1959), Stanley Donen (Chérie, recommençons ! , 1959), Anatole Livak (Aimez-vous Brahms ?, 1960), John Frankenheimer (L’Homme de Kiev, 1968), John Huston (Promenade avec l’amour et la mort, 1969), George Cukor (L’Oiseau bleu, 1976). Son dernier rôle de scripte fut sur Australia (1988) de Jean-Jacques Andrien.

Lucie Lichtig travailla également pour la télévision, américaine et française.

Très liée à Henri Langlois, avec sa soeur Renée, elle joua un grand rôle à la Cinémathèque française, dont elle fut nommée membre à vie du conseil d’administration.

Lucie Lichtig, née Lucie Barzman est la demi-soeur de la monteuse Renée Lichtig et de l’administrateur de production José Lichtig.