Navigation







Editeurs - Littérateurs - Écrivains - Mémorialistes

GOLOVINE Varvara, comtesse, née princesse GALITZINE (1766-1821)

10eme division
samedi 27 juillet 2013.
 

Ecrivain et artiste russe

Varvara Nikolaïevna, princesse Galitzine, voit le jour en 1766 et décède à Paris en 1821.

Artiste russe et mémorialiste.

Elle était la nièce d’ Ivan Chouvalov .

C’est la plus jeune enfant du lieutenant-général Nikolai Fedorovich Galitzine et la princesse Praskovia Ivanovna, née Shuvalova. Elle a deux frères : Fedor (1751-1827) et Ivan (1759-1777).

Elle est d’une vieille noblesse russe : sa mère, Praskovia Ivanovna, est la sœur d’ Ivan Chouvalov (1727-1798).

Dans son enfance, elle vit au domaine Petrovsky, dans la province de Moscou. Sa mère est douce, gentille, bien que d’un caractère indécis, et aime l’art et valorise son éducation.

En 1777, Varvara déménage avec ses parents à Saint-Pétersbourg. Après la mort de son père, elle déménage avec sa mère dans la maison de son oncle, Ivan Chouvalov, à l’angle de la perspective Nevski et de Malaya Sadovaya.

Elle aime la peinture et la musique et participe à des concerts à Tsarskoïe Selo et au palais d’Hiver, où elle chante des chansons de sa composition.

En 1783, elle est nommée dame d’honneur à la cour de Catherine II. A la cour, elle rencontre le beau comte Nikolaï Nikolaïevitch Golovin, petit-fils du maréchal et comte Fédor Alexéiévitch Golovin.

Ils s’aiment, mais la princesse Galitzine est opposée à un mariage immédiat. Golovin passe quatre ans à l’étranger, dont beaucoup de temps à Paris, mais ses connaissances et ses centres d’intérêts n’ont rien à voir avec la littérature ni les arts. A son retour, Varvara épouse le comte Golovin, le 4 Octobre 1786, et le mariage est célébré au Palais d’Hiver. Les Golovine donnent l’impression d’un couple heureux.

Promu au grade de colonel, Nicolaï ne se sent aucune inclination pour la chose militaire, mais son honnêteté stricte est notée. En 1796, il est nommé à la cour du grand-duc Alexandre Pavlovitch (futur Alexandre Ier).

En 1802, Varvara part à Paris et rentrera en Russie en 1805. Elle est décédée à Paris, lors d’un autre voyage.

Dans ses mémoires, écrits sous la direction de l’impératrice Elizabeth Alexeevna, elle décrit la vie de la cour à l’époque de Catherine II et Paul.

Sources additionnelles : Didier Muller (APPL 2019)

(APPL 2019)