Navigation







Seconde Guerre mondiale - France Libre - Résistance

HENIN Gilbert (1924-2005)

11eme division (1ere ligne, chemin Méhul)
jeudi 18 avril 2013.
 

Combattant de la France Libre

Gilbert Henin voit le jour le 13 février 1924 à Mussey (Meuse)

Décédé en 2005.

Originaire de Lorraine, Gilbert et deux camarades, Marcel Urbain et Raymond Meunier, avaient rallié la France Libre par l’Espagne sans se faire arrêter.

En mai 1943, ils avaient atteint la Grande-Bretagne et signé leur engagement aux parachutistes.

Affecté à la section radio, Gilbert Hénin avaient été parachuté avec l’adjudant-chef Hoffmann et son camarade Jacques Quittelier sur la base Dingson dans la nuit du 10 au 11 juin.

Suite à la dispersion de la base, Gilbert avait été envoyé vers Josselin et avait réalisé un énorme et périlleux travail en compagnie du groupe de Jack Quillet.

A la suite de l’opération de Bretagne, Gilbert participait encore aux missions Spenser sur la Loire puis Franklin dans les Ardennes. Au cours de la période de repos en Champagne, il sut apporter son expérience pour la formation des jeunes recrues.

Enfin, au mois d’avril 1945, il fut parachuté en Hollande. Isolé avec son camarade de Alma, il rejoignit alors le stick du S/Lt Corta avec lequel il opéra.

Il a de nouveau rejoint son dieu, Charles de Gaulle, le 17 septembre 2005, emporté par une leucémie aiguë.

Ce jour-là, brutalement incapable de marcher, il avait réussi a prendre le TGV Nantes Paris pour rentrer chez lui.

Les porte-drapeaux des Mutilés de guerre, de l’ANAP, des Médaillés de Guerre, lui ont rendu les honneurs en la chapelle Impériale de l’hôpital Bégin de Saint-Mandé le 27 septembre 2005.

Une fois, il m’avait dit "les uns disaient que j’étais inconscient, les autres courageux, parce que je dormais dans l’avion avant de sauter en Bretagne. Je n’étais ni l’un ni l’autre, il n’y avait que ça a faire, tout simplement".

Gilbert Henin était Chevalier de la Légion d’Honneur, Croix de guerre 1939-1945 et titulaire de la Médaille militaire E.O 1955.

Sources : Les français libres