Navigation







Révolution - Empire - Restauration - Monarchie de juillet

DUPLAY Eléonore dite Cornélie (1768-1832 )

34eme division
lundi 26 décembre 2005.
 

La "fiancée" de Maximilien de Robespierre

Eléonore Duplay dite Cornélie est née en 1768. Elle est la fille de Maurice Duplay et de Françoise-Eléonore Vaugeois. Son père, né à Saint Didier la Séauve en 1736, contrairement à l’idée reçue, n’est pas un prolétaire, ouvrier menuisier, mais un entrepreneur en menuiserie, propriétaire de plusieurs maisons de rapport à Paris et jouissant d’une confortable rente de plus de 15000 livres de rente.

Il est membre du Club des Jacobins à sa création, c’est lui qui offre à Maximilien de Robespierre pour qui il a une grande admiration, de venir loger chez lui. L’incorruptible y consent et s’installe rue Saint Honoré le 1er octobre 1791. Robespierre acquittait scrupuleusement son loyer. Il est avéré qu’il est choyé et couvé par la famille Duplay. Charlotte Robespierre sa sœur, se plaint de la main mise exercée par les Duplay sur son frère, elle obtient de ce dernier qu’il déménage pour aller habiter chez elle. Mais au bout d’un mois, Maximilien revient chez ses logeurs, excédé par le caractère de sa sœur.

Le père Duplay est nommé commissaire de la section des piques, mais se garde d’y paraître prétextant des revers de fortune et l’obligation de reprendre son métier de menuisier. Il prévient Robespierre la veille du 9 thermidor, mais ce dernier fait fi de ses conseils.

Le ménage a trois filles : Eléonore, Victoire et Elisabeth qui épousera le conventionnel le Bas. Selon Elisabeth, Eléonore était promise à Robespierre. Elle est laissée en liberté après le 9 thermidor, elle va s’enfermer volontairement avec sa sœur traînée en prison avec son bébé âgé de six semaines.

Eléonore se confinera dans le silence jusqu’à son décès le 26 juillet 1832. Elle portera le deuil écrasant de l’incorruptible Robespierre toute son existence. Elle repose dans une sépulture toute simple régulièrement fleurie par des nostalgiques de cette période troublée.

Crédit photo : Hugo_photo (APPL 2005)