Navigation







Auteurs dramatiques - Ecrivains - Poétes - Femmes de lettres

VARENNE Céline (Marcelle Loyauté Lazaroiu) (1924-2011)

63eme division
mardi 5 février 2013.
 

Médecin et poète

Née Marcelle Loyauté Lazaroiu en 1924, elle prit le pseudonyme de Céline Varenne en littérature.

Décédée à Paris en 2011.

Médecin et poète.

Céline VARENNE est perpétuellement sur les barricades son amour de la justice la pousse vers les êtres malheureux, dépossédés d’eux-même.

Elle-même, intensément habitée par cet amour, par cette révolte, se jette dans les mots qui, d’un premier jet poussent des cris, parlent des étranglements de la parole avec fureur, avec une joie malheureuse si elle n’est pas partagée. (Anne Morane)

Céline Varenne par elle même....

l’itinéraire du poète

Parisienne, je suis née à Paris de parents et d’aïeuls parisiens. Pourtant, la branche maternelle fit alliance avec les Bretons.

A la fin de l’adolescence, vient l’heure du choix.

Les études de médecine à la Faculté de Paris, les Concours des Hôpitaux ; dix-huit ans consacrés, à l’hôpital Beaujon., aux techniques de pointe des maladies du sang : greffes de moëlle ; transplantations d’organes.

Nommée, sur concours, chef de service de Biologie au C.H.U. de Saint-Paul à la Réunion, j’assumai pendant sept ans le contrôle des maladies du sang, sur la côte ouest de l’île.

C’est un accident de santé, dû au climat tropical, qui devait entraîner mon retour en métropole.

Et l’écriture ?

J’écris depuis que je suis en âge d’écrire. Pendant mon internat en médecine je rencontrai le poète Jean-Pierre Rosnay, fondateur du Club des Poètes à Paris.

Dès lors l’écriture devint l’exigence de l’esprit et du coeur. En 1975, un concours de poésie devait permettre l’édition de mon premier recueil de poèmes "TIC TAC TOC" ou le temps d’un ricochet, chez Grassin.

Le choix du nom de VARENNE vient de ma famille maternelle, originaire de la région de Morlaix.

Mes activités médicales à la Réunion on motivé la création de nouveaux recueils. Il fallait bien que j’en parle, des maladies du sang, de ces enfants, de ces jeunes hommes, mortellement frappés : "LA SANDALE BROYÉE’’, 1990.

Il fallait bien que j’éprouve les malheurs de la Roumanie, terre natale de mon époux, en exil politique à Paris : "LIBERTE/LIBERTATE", 1991.

Il fallait aussi que je décrive la beauté de lde, la violence des océans, et de l’Indien à l’Atlantique : "LES TAMBOURS DU SEL". 1993.

Il fallait enfin que j’évoque les mystères du corps humain, le chant de l’âme, la voix des orgues :"LE COFFRE SANS SERRURE", 1994.

"Vivre en poésie", suivre le chemin de l’écriture étaient devenus pour moi raison de vivre. J’eus la joie de recevoir quelques coupes et médailles et, en 1994, le prix de poésie du Président de la République pour l’ensemble de mon oeuvre.

D’autres recueils ont été publiés depuis dont "Tireur de langue" en édition franco-roumaine à Bucarest, 1995.

Avec un zeste d’humour, J’ai tenté de dire les contradictions de l’homme et la vision manichéenne du monde.

C’est dans ce recueil que j’ai choisi de vous présenter quelques poèmes. J’y joins une analyse sympathique de missives (Merci à l’auteur de la critique).

Les derniers ouvrages : "La couleur confisquée" et d’ivoire et de Craie" sont très récentes. Monique Labidoure nous confie dans "L’Anatomie d’une oeuvre" : "Pour arriver aux espaces blancs de la Couleur Confisquée il a sans doute fallu à Céline Varenne plus qu’un dit de révolte immédiate.

Je joins à mon exposé sur le sacré un extrait de "L’intervalle du Visage" en mémoire d’un jeune philosophe dont la vie s’est arrêtée pour une peccadille ...... Comme un envol de plumes qui dépassait la terre, Cyriaque a implosé avec sa musique.

Reposent également dans cette sépulture : Christian Marie Edouard Hamel (1864-1922)Maire de Richebourg, chevalier de la Légion d’Honneur et du Mérite Agricole et Paul Mitrot de Varenne, (1864-1933)préfet du Gard, officier de la Légion d’honneur.

Sources : Céline Varenne et Anne Morane