Navigation







Auteurs dramatiques - Ecrivains - Poétes - Femmes de lettres

ADAM Juliette (1836-1936) (54)

54eme division (1ere ligne)
vendredi 1er février 2013.
 

Ecrivaine et polémiste

Juliette Adam, née Lambert voit le jour le 4 octobre 1836 à Verberie (Oise).

Décédée le 23 août 1936 à Callian (Var).

Ecrivaine, polémiste et salonnière féministe républicaine française.

Juliette Adam, fille d’un médecin de province, le docteur Jean-Louis Lambert, épouse l’avocat Alexis La Messine, puis, veuve en 1867, l’avocat Edmond Adam, député de la gauche républicaine, fondateur du Crédit foncier, préfet de police en 1870, puis sénateur inamovible.

Elle s’impose dans le Paris du lendemain de la défaite de 1871 qui voit la République s’installer progressivement.

Son salon du 23, boulevard Poissonnière, puis, à partir de 1887, du 190, boulevard Malesherbes, dont Léon Gambetta est le grand homme, est un foyer actif d’opposition à Napoléon III et devient l’un des cercles républicains les plus en vue.

S’y retrouvent Adolphe Thiers, Émile de Marcère, Charles de Freycinet, Eugène Pelletan, Gabriel Hanotaux, Edmond About, Louis Blanc, Alphonse Daudet, Camille Flammarion, Georges Clemenceau, l’éditeur Jules Hetzel, le poète Sully Prudhomme, Émile de Girardin, Gustave Flaubert, Louis de Ronchaud, Gaston Paris, Victor Hugo, Guy de Maupassant, Ivan Tourguéniev, Aurélien Scholl ou le Grec Dimítrios Vikélas.

Lorsque tombe le Second Empire, c’est parmi les familiers de ce cercle que se recrutent les hommes de gouvernement. Femme d’influence, Juliette Adam se veut l’incarnation de « la Grande Française », déterminée à rendre à la France abaissée son rang en Europe, jusqu’au bellicisme et à la xénophobie. Elle sera notamment l’apôtre d’une alliance avec la Russie.

Amie de George Sand, de Julie-Victoire Daubié et de Marie-Anne de Bovet2, elle se détache de Gambetta lorsqu’il accède à la présidence de la Chambre, et elle se tourne vers la littérature.

En 1879, elle fonde La Nouvelle Revue, qu’elle anime pendant vingt ans, jusqu’en 1899 où elle la revend à Pierre-Barthélemy Gheusi. Elle y publie notamment les premiers romans de Paul Bourget ou Le Calvaire d’Octave Mirbeau. Elle encourage également les débuts littéraires de Pierre Loti, d’Alexandre Dumas fils et de Léon Daudet.

Conduite par une santé prétendument chancelante, qui ne l’empêchera pas de vivre presque centenaire, elle découvre Golfe-Juan où elle achète en 1858 un terrain pour y construire une villa nommée « Les Bruyères », lançant la vogue de cette station balnéaire.

Le 5 août 1882, elle achète à Gif-sur-Yvette (Essonne) le domaine de l’Abbaye où elle vit de 1904 jusqu’à sa mort en 1936.

Elle se convertit au catholicisme en 1905 et est inhumée au cimetière du Père-Lachaise (54e division).

Sources : Wikipédia et divers.