Navigation







Peintres - dessinateurs - Illustrateurs

RABINE Alexandre (1954-1994)

59eme division
jeudi 21 juin 2012.
 

Peintre d’origine russe

Alexandre Rabine

Valentina Kropivnitskaja

Alexandre Rabine est né à Moscou dans une famille d’artistes en 1954.

Décédé à Paris en 1994.

A juste seize ans, il commence à peindre, assiste à un atelier d’art et prend des leçons privées en dessin, bien que toujours on considére comme son premier maître historique,est son père Oscar Rabine. l’ inspiration du jeune Alexandre ont été les nombreux artistes qui fréquentaient la maison familiale, avec ses grands-parents, Eugene peintres Kropivnitskij et Olga Potapova.

En début des années 70, il est devenu le dessinateur amoureux avec les dessins en relief, des collages, et diverses manipulations de la surface de la toile, mais dans les années 1975, il a changé sa peinture.

A cette époque, il vivait dans un village le long de la région de Vologda, où il a peint l’automne, les jours gris et sombres, les feuilles tombées, soufflées par le vent, le terne paysage, de la brume, une demi-déstrution des maisons et l’effritement.

Tout cela, à cette époque déjà,défini l’expression d’une humeur proche de la sensibilité du jeune artiste.

Ayant travaillé à la restauration des peintures sacrées, Alexandre était devenu profondément imprégnée par la beauté des sentiments religieux et de ces sentiments sont nés ses peintures sur des thèmes similaires.

La vie animée et intense des artistes des années 70 non-alignés avec les directives du régime, a également remporté le jeune Rabine : il est devenu l’un des organisateurs et des participants de l ’« Exposition Bulldozer", dans le parc Izmajlovo, qui a été définie par le thème, " Quatre heures de liberté ", et un certain nombre d’expositions d’autres artistes indépendants.

En 1978, Alexandre, avec les parents, Oscar Rabine, Valentina et peintres Kropivnitskaja, partis à l’étranger avec un visa touristique, et après que son père a été déchu de sa citoyenneté soviétique, il est venu avec eux pour vivre en France.

A Paris, Alexandre s’essaie pour la première fois à l’art contemporain occidental dans toute sa variété. Tout a suscité un intérêt en lui, mais le jeune artiste ne se pressait pas pour rejoindre toutes les nouvelles tendances. Son monde, profondément senti et vécu, un monde intime et sacré, ne lui laisse pas se tirer de lui-même.

Alexandre a exposé ses peintures dans les galeries et les foires à Paris, a participé à des expositions d’artistes russes en France et à l’étranger. Sa première exposition solo, qui s’est tenue en 1981 à Strasbourg, à la galerie "Aktuarius", lui a apporté les premiers succès : plusieurs articles sont sortis et toutes les peintures ont été vendues.

Bien que vivant à Paris, Alexandre a beaucoup voyagé,fait l’acquisition de nouvelles sensations. L’un des thèmes préférés de ses œuvres étaient les anciens châteaux, souvent en ruines, enveloppé dans le brouillard ou couronnant les sommets de montagne.

Dans l’architecture du manoir, dans leur âge, la solitude et le vieil abandon, il a vu ce qui était la nourriture de son âme, de sa propre imagination.

Dans son travail, les objets de ce monde mêlé de rêves, remplis avec de la magie, ce qui porte le sentiment intime de leur auteur.

Prédominait chez eux un sentiment d’affection pour le monde des objets abandonnés et sonnait la détresse de la solitude. Jusque dans les années 90 dans les paysages de Rabine n’y avait guère de gens, mais ont vécu leur présence invisible.

Puis, quelque chose se passe dans cet univers statique, et Alexandre crée la série vénitienne. Les photos représentent le cirque coexistent avec des motifs orientaux, avec les tentes colorées des nomades, avec des villages de pêche.

Les peintures sont colorées, avec de nombreux sujets, souvent peuplés par de nombreuses personnalités. En eux, il ya moins de lyrisme et transpirent des expériences les plus romantiques. En 1994, la peinture « Carnaval vénitien » a remporté le premier prix dans le Carnaval "Liberté de Venise."

Dans les années où il a travaillé à Paris, Alexandre a participé à de nombreuses expositions en Europe et en Amérique et avait onze galeries en France, Angleterre, Suisse, Norvège, Allemagne.

Trois expositions posthumes ont eu lieu en 1995 à Paris, Moscou et à Riga en 1998 une exposition, qui lui est dédiée, a eu lieu à Luxembourg.

Dans toutes les périodes de l’œuvre d’Alexandre Rabine, ses tableaux reflètent la personnalité de l’auteur, l’imagination de ses sujets, la poésie, la peinture et la sophistication de lumière qui éclaire toujours eux.