Navigation







Hommes politiques - Députés - Sénateurs - Ministres

DIETZ MONNIN Charles Frédéric (1826-1896)

54eme division (1ere ligne, U, 10)
mardi 31 janvier 2012.
 

Industriel et homme politique

DIETZ-MONNIN (CHARLES-FRÉDÉRIC), représentant en 1871 et sénateur, né à Barr (Bas-Rhin) le 13 septembre 1826, d’une vieille famille de filateurs d’Alsace, fit ses études à Strasbourg et à Nancy, et ayant épousé, en 1853, Mlle Monnin-Japy, entra comme employé intéressé dans la grande maison d’horlogerie et de quincaillerie Japy frères et Cie, sise a Beaucourt (Haut-Rhin) et à Paris, et en devint l’associé en 1863.

Vice-président de la chambre syndicale de la quincaillerie (1866), secrétaire de la classe 94, délégué de la classe 40, adjoint au jury de la classe 95 à l’Exposition universelle de 1867, président de la chambre syndicale de la quincaillerie (1869), et, la même année, juge suppléant au tribunal de commerce de la Seine, il dirigea la cantine municipale de la Porte Saint Martin pendant le siège de Paris, et, aux élections complémentaires du 2 juillet 1871, destinées à pourvoir au remplacement de 21 représentants de la Seine, décédés, démissionnaires ou ayant opté pour d’autres départements, il fut porté sur la liste de l’Union de la presse, et élu représentant à l’Assemblée nationale, le 5e sur 21, par 120,280 voix sur 290,823 votants et 458,774 inscrits.

Il prit place au centre-gauche, soutint la politique de Thiers et vota :contre la pétition des évêques, pour le pouvoir constituant de l’Assemblée, contre le service militaire de trois ans, contre l’acceptation de la démission de Thiers, contre l’arrêté contre les enterrements civils, contre le septennat, contre le ministère de Broglie, pour le retour du parlement à Paris, pour la dissolution, pour l’amendement Wallon, pourl’amendement Pascal Duprat, pour les lois constitutionnelles, Interrogé au mois d’octobre 1873, dit un biographe, sur l’attitude qu’il prendrait dans le cas où l’Assemblée serait saisie d’une proposition de restauration monarchique, M. Dietz-Monnin répondit :

« J’ai adhéré en juillet 1871 au programme politique qui avait groupé en un même faisceau les divers comités de Paris ; il était ainsi conçu : Adhésion à la politique de M. Thiers, maintien de la République, respect à la volonté nationale. Mes votes, ayant comme après le 24 mai, témoignent de ma fidélité à ce programme.

Enfant de l’Alsace, sans aucune attache politique avant mon élection, sans autre ambition que le relèvement de mon pays et l’espoir de voir rentrer un jour dans la grande famille française nos provinces perdues par une folie dynastique, je reste profondément attaché au grand citoyen qui a réduit la Commune et libéré le territoire, et suis plus que jamais pénétré de la nécessité de maintenir et d’organiser la République conservatrice. »

Membre de la Commission des chemins de fer (1874), il fut chargé du rapport sur les tarifs de transports. En 1874, il fut élu conseiller municipal de Paris par le quartier d’Auteuil. Le 30 janvier 1876, candidat sénatorial dans la Seine, il échoua avec 86 voix sur 209 votants, et ne fut pas plus heureux aux élections législatives du 20 février suivant, dans le 3e arrondissement de Paris, où il n’obtint au second tour, que 487 voix contre 12,043 données à l’élu, M. Spuller, et 455 à M. Bonnet-Duverdier.

Le 20 mai 1882, il fut élu par le Sénat, sénateur inamovible, avec 159 voix sur 196 votants, prit place à gauche, soutint les ministères opportunistes au pouvoir, et vota l’expulsion des princes ; en dernier lieu, il s’est prononcépour le rétablissement du scrutin d’arrondissement (13 février 1889), pour le projet de loi Lisbonne restrictif de la liberté de la presse, pour la procédure à suivre devant le Sénat pour juger les attentats contre la sûreté de l’Etat (affaire du général Boulanger).

Chevalier de la Légion d’honneur (10 avril 1877), officier (1878) à la suite de l’Exposition universelle, où il fut directeur de la section française ; commandeur (11 août 1883) comme président du tribunal de commerce de la Seine.

Commandeur de Saint Stanislas de Russie (13 mai 1877) à la suite de l’Exposition universelle de Philadelphie, où il fit partie du jury international ; décoré de plusieurs autres ordres étrangers.

Extrait du « Dictionnaire des Parlementaires français », Robert et Cougny (1889)