Navigation







Peintres - Dessinateurs - Illustrateurs - Portraitistes

JACQUES Charles Emile (1813-1894)

32eme division (2e ligne, V, 35)
dimanche 20 novembre 2011.
 

Peintre français

Charles Émile Jacques, voit le jour à Paris le 23 mai 1813

Mort à Paris le 7 mai 1894

Peintre animalier et graveur français, représentant, avec Jean-François Millet, de l’École de Barbizon.

Charles Jacque a été un artiste témoin de son époque. Très tôt, il a côtoyé les futurs acteurs de l’école du nouveau paysage de 1830.

Illustrateur puis caricaturiste, il devint graveur et relança cet art tombé en désuétude. Il est un des pionniers de l’eau-forte originale.

Parisien, Charles Jacque découvre la vie rurale dans les environs de Chalon sur Saône. Il apprend à aimer les modestes maisons et le monde des paysans. Il aime se retrouver dans les cours de fermes pour observer la vie quotidienne des fermières, de leurs enfants et des animaux.

C’est à partir de 1845 qu’il commence à peindre. En 1849, Charles Jacque, Jean François Millet et leurs familles arrivent à Barbizon pour fuir une épidémie de choléra qui sévit sur Paris. Il se donne alors aux techniques du paysage, influencé par Rousseau et Millet. Toute sa vie, il fut influencé par George Michel dont "il garde la palette et les cieux mouvementés".

Il élève des poules pour mieux les observer et les peindre. Il écrit des articles de vulgarisation sur l’élevages des gallinacés. En 1857, il transcrit ses études dans un livre "le poulailler" qui fût réedité plusieurs fois. A son départ de Barbizon en 1865, il laisse des élèves et des émules qui continuèrent ses travaux. Autodidacte de l’art, Charles Jacque avait appris à graver avant d’apprendre à peindre.

Les volailles, les porcs, les bovins et les moutons furent ses motifs préférés. Il demeure le "maître des moutons" et de nombreuses toiles ou dessins sont encore exposées et vendues dans les salles des ventes.

Son témoignage de la vie rurale du XIX ième siècle est capital. Ses paysans sont des hommes aimant vivre au grand air, ses bergers sont des philosophes alors que les paysans de Millet sont des êtres fatigués par le labeur de la glèbe. Son oeuvre est reconnue à partir de 1870.

A partir de cette date, Charles Jacques est un nom connu qui s’inscrit dans la cour des grands artistes du 19 ième siècle. Il s’installa après Barbizon à Annet - sur - Marne, au Croisic, à Pau et enfin à Petit - Colombes.

L’artiste repose dans la 32e division.