Navigation







Acteurs - Comédiens - Arts de la scène et de l’écran

SHI PEI PU (1938-2009)

71eme division
vendredi 30 septembre 2011.
 

Artiste chinois

Shi Pei Pu (时佩璞 ; pinyin : Shí Pèipú), voit le jour le 21 décembre 1938 au Shandong

Décédé le 30 juin 2009 à Paris

artiste lyrique chinois qui fut condamné pour espionnage en mai 1986 à six ans de prison par la justice française pour avoir transmis une trentaine de documents diplomatiques français à la République populaire de Chine.

Les faits se sont produits de 1977 à 1979, avec la complicité de Bernard Boursicot, un diplomate français en poste à l’ambassade de France de Pékin puis Oulan-Bator, avec lequel il eut une liaison discontinue de 1964 à 1984.

Boursicot était en effet persuadé que Shi Pei Pu était une femme et ce dernier lui avait fait croire qu’ils avaient eu un fils ensemble pour l’inciter à trahir son pays.

En 1964, Shi Pei Pu était chanteur du genre de spectacle « opéra de Pékin » lorsqu’il a rencontré Boursicot à une réception à l’ambassade. Ce dernier n’avait que vingt ans et travaillait à l’ambassade de France de Pékin et Shi Pei Pu, vingt-six.

Boursicot, en apprenant que Shi Pei Pu était un homme, tenta de se suicider en prison.

En 1987, un an après sa condamnation, il fut gracié par le président François Mitterrand. Il résidait à son domicile parisien lors de sa mort.

En apprenant sa mort, Boursicot - qui depuis vivait ouvertement sa bisexualité1 -, a indiqué qu’il n’était pas surpris compte-tenu du fait qu’il était malade depuis les années 1971, et qu’il était désormais « libre ».

Cette histoire a été reprise dans la pièce de théâtre M. Butterfly (1988) de David Henry Hwang1 où B. D. Wong jouait Shi Pei Pu. La pièce fut ensuite porté à l’écran dans le film M. Butterfly (1993) de David Cronenberg1 et, dans ce film, John Lone incarne Shi Pei Pu.

Sources : Wiki et divers