Navigation







Hommes politiques - Députés - Sénateurs - Ministres

CARAMAN Georges Ernest Maurice RIQUET, duc de (1845-1931)

42eme division
vendredi 30 septembre 2011.
 

Député et ancien vice-président

Georges Ernest Maurice Riquet, duc de Caraman voit le jour le 10 avril 1845 à Paris.

Décédé le 28 septembre 1931 au Château de Bouron, près d’Orsay (Seine-et-Oise).

Député de Seine-et-Oise de 1901 à 1906.

Vice-président du Conseil général

Fils de Victor, Charles, Antoine de Riquet, duc de Caraman, qui fut attaché d’Ambassade en Espagne, puis Auditeur au Conseil d’Etat, Maurice de Caraman débuta dans la diplomatie, comme son père.

Propriétaire d’un important domaine à Saint-Jean-de-Beauregard, arrondissement de Rambouillet, il s’intéressa bientôt à la politique, et se fit élire maire de Saint-Jean-de-Beauregard et conseiller général de Seine-et-Oise pour le canton de Limours.

Un siège de député s’étant trouvé vacant dans la circonscription de Rambouillet pour pourvoir au remplacement de Marcel Habert déchu de son mandat à la suite de sa condamnation en Haute-Cour de Justice, Maurice de Caraman fit acte de candidature à l’élection partielle du 21 mars 1901 et fut élu au deuxième tour de scrutin.

Il s’inscrivit au groupe progressiste. En cette fin de législature, il n’appartint à aucune commission et se borna à déposer une proposition de loi tendant à ouvrir un crédit en faveur des victimes d’un ouragan en Seine-et-Oise (1901).

Il retrouva son siège aux élections générales du 27 avril 1902, au premier tour de scrutin, dans la même circonscription, par 7.973 voix contre 3.952 à M. Vian, et appartint à diverses commissions.

Auteur de deux propositions de loi tendant, la première, à établir un droit de douane sur les tourbes étrangères (1903), la deuxième à modifier les articles 23 et 24 de la loi du 9 avril 1898 sur les accidents du travail (1905), il posa au Ministre des Travaux publics une question sur l’état du chemin de fer de Paris à Chartres (1902), et se fit entendre dans plusieurs débats sur : le projet de loi déclarant d’utilité publique l’établissement d’un chemin de fer de Paris-Montparnasse à Chartres (1902) ; le projet de résolution relatif à une convention à conclure avec les compagnies de chemins de fer de l’Ouest et d’Orléans (1904) ; la proposition de loi sur le recrutement de l’armée (service de deux ans) pour plaider la cause des familles nécessiteuses des hommes incorporés (1904) ; le budget du Ministère de l’Agriculture de l’exercice 1905 pour parler des tourbes étrangères (1904) ; le projet et les propositions de loi sur la séparation des Eglises et de l’Etat pour traiter la question des édifices religieux, des archevêchés, etc. (1905) ; le budget du Ministère de l’Agriculture de l’exercice 1906 qui lui permit de parler à nouveau des tourbes étrangères (1906).

Enfin, il posa au Ministre des Travaux publics une question sur le prolongement jusqu’à Dourdan du chemin de fer de Limours (1905).

Il échoua au deuxième tour des élections générales des 24 avril et 8 mai 1906.

Il ne s’est pas représenté en 1910.

Il est mort au château de Bouron, près d’Orsay, le 28. septembre 1931, âgé de 86 ans.

Il repose avec son épouse Marie Adèle Henriette Arrighi de Casanova de Padoue, duchesse de Caraman (11 septembre 1849 - 19 décembre 1929).

Sources : Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (J.Joly)