Navigation







Créateurs - Entrepreneurs - Hommes d’affaires - Hôtellerie

TORTONI Giuseppe (1775-1864 ?)

49eme division
vendredi 26 août 2011.
 

Créateur du "Tortoni"

Tortoni est le nom du propriétaire du café Tortoni, boulevard des Italiens à Paris qui servait un dessert glacé,portant son nom.

Giuseppe Tortoni était originaire de la région napolitaine.Il arrive à Paris, à l’âge de 23 ans,en 1798, suivi de son épouse et de ses enfants pour tenter sa chance.

Il serait donc né en 1775.

Le café Tortoni de Paris est un café parisien, qui a connu un grand succès au XIXe siècle.

Là se sont retrouvés des hommes politiques, des intellectuels, des femmes du monde et des demi-mondaines. Il est souvent cité par les romanciers et les voyageurs.

Sur son modèle, un autre café Tortoni, situé au 825 de l’avenida de Mayo, à Buenos Aires en Argentine a été créé en 1858 par Jean Touan, un immigrant français.

Situé à l’angle du boulevard des Italiens et de la rue Taitbout, il a été fondé en 1798 par un napolitain, Velloni, qui a ouvert à cet emplacement un café-pâtisserie.

Repris en 1804 par Giuseppe Tortoni, qui ajoute au premier étage une salle de billard, il connaît une renommée mondiale : beaucoup de voyageurs s’y arrêtent et en parlent.

Agé de 89 ans,vers 1864, G. Tortoni rédige ses dernières volontés pour tenter de péréniser son oeuvre et continuer l’activité par ses descendants, las, ce qu’il redoutait le plus se réalisa.

En 1893, lorsqu’il ferme ses portes, l’International Herald Tribune annonce :

« Tortoni a disparu de Paris aujourd’hui. Le café du coin du boulevard des Italiens et de la rue Taitbout, renommé pendant plus d’un siècle comme le haut lieu des grands noms de la littérature, des arts, et de l’aristocratie, sera remplacé par le café Brébant ».

Tortoni a donné son nom à un dessert : le Tortoni ou glace napolitaine.

Honoré de Balzac le cite souvent dans les romans de la Comédie humaine. C’est l’endroit où se retrouvent ses personnages : Maxime de Trailles, le comte de la Palférine, Henri de Marsay et Balzac lui-même.

Dans Splendeurs et misères des courtisanes, 1847, c’est chez Tortoni que Madame du Val-Noble (une demi-mondaine) commande les glaces pour son grand dîner.

Stendhal cite la salle de billard de Tortoni dans Le Rouge et le Noir. Marcel Proust l’évoque plusieurs fois dans À la recherche du temps perdu . Maupassant le cite également dans « Un lâche » (Contes du jour et de la nuit, 1885).

Parmi les célèbres habitués du café Tortoni, on trouve :

Jules Barbey d’Aurevilly, écrivain ; Édouard Manet, peintre ; Adolphe Thiers, homme politique français ; Comte Otto von Bismarck, homme politique allemand ; James Gordon Bennett junior, fondateur de l’International Herald Tribune.

G. Tortoni repose dans une sépulture à l’abandon, dans la 49e division.

Sources : Encyclopédia universalis, Wikipédia et divers.