Navigation







Hommes politiques - Représentants du Peuple - Députés - Sénateurs - Hauts fonctionnaires

RAMBUTEAU Claude Philibert Berthelot comte de (1781-1869)

Cimetière de l’église Sainte-Madeleine
vendredi 29 juillet 2011.
 

Préfet et administrateur

Claude-Philibert Barthelot, comte de Rambuteau, voit le jour à Mâcon (Saône-et-Loire) le 9 novembre 1781

Décédé à Charnay-lès-Mâcon (Saône-et-Loire), le 11 avril 1869

Préfet et administrateur de la première moitié du XIXe siècle.

Issu d’une ancienne famille de la noblesse française implantée en Bourgogne au château de Rambuteau, il a occupé les plus hautes fonctions de l’État : conseiller d’État, pair de France et surtout préfet de la Seine de 1833 à 1848.

C’est à ce titre qu’il a mis en place les premiers éléments de la transformation de Paris qu’allait achever le préfet Haussmann sous le Second Empire : percée de nombreuses artères dont les Champs-Élysées, achèvement de nombreux édifices et constructions d’importants monuments.

Rambuteau est tout d’abord administrateur du Premier Empire. Nommé chambellan de Napoléon Ier en 1809, comte de l’Empire en 1810, préfet du Simplon en 1813 (qu’il doit fuir en pleine nuit le 26 décembre par les cols alpins) puis de la Loire en 1814.

Rambuteau doit beaucoup à l’Empire. Sous les Cent-Jours, il est au service de l’Empereur et, après Waterloo, destitué par la seconde Restauration, il se retire en Bourgogne pendant 12 ans. Il écrit dans ses Mémoires :

« Je trouvai un grand intérêt à suivre l’Empereur au conseil d’État ... C’était la grande école de gouvernement, si j’ai valu quelque chose depuis, c’est à cette école que je l’ai dû. » En 1827, il est élu, en Saône-et-Loire, député de l’opposition libérale (contre les Ultra-royalistes favorables à Charles X), et réélu en juin 1830.

La Monarchie de Juillet lui permet de déployer ses talents ; en 1833, Louis-Philippe le nomme préfet de la Seine, puis l’appela à la Chambre des pairs en [1835].

Dans se première adresse à Louis-Philippe, le préfet Rambuteau déclare :

« Dans la mission que Votre Majesté m’a confiée, je n’oublierai jamais que mon premier devoir est de donner aux parisiens de l’eau, de l’air et de l’ombre » (Mémoires).

Son mandat est marqué par la mise en œuvre des théories hygiénistes. Un an avant sa nomination, en 1832, une épidémie de choléra a ravagé Paris.

Rambuteau estime que les rues étroites, tortueuses et insalubres du centre de Paris favorisent le développement de la maladie. Il lance le percement d’une voie de 13 mètres de largeur, ce qui constitue une nouveauté dans le centre de la capitale : la rue Rambuteau, qui recevra le nom du préfet dès 1839.

Sous son mandat, l’Arc de Triomphe est terminé et le projet de la grande avenue des Champs-Élysées voit le jour. Le pouvoir de l’administration reste cependant limité par les règles d’expropriation.

Une loi « d’expropriation pour cause d’intérêt public » du 3 mai 1841 s’efforce d’adapter ces règles. Cette loi reste toutefois favorable aux propriétaires, toujours largement indemnisés grâce à un jury attentif à les défendre.

Appliquant sa devise « de l’eau, de l’air, de l’ombre », Rambuteau fait moderniser le réseau des égouts et construire de nombreuses fontaines, dont certaines sont encore en fonction dans les jardins publics.

Passionné d’horticulture, il installe l’arbre dans la rue : il développe les espaces verts et la plantation d’arbres le long des avenues. Il généralise l’éclairage au gaz : à son arrivée aux affaires, la ville comptait 69 becs de gaz (réverbère à gaz qui a rendu obsolète l’utilisation des réverbères à huile), à son départ, 8 600.

Son nom est aussi attaché aux vespasiennes qu’il a fait installer sur les voies publiques.

Malgré le vote de la loi d’expropriation de 1841, qui a permis la réalisation de certains travaux d’urbanisme, Rambuteau n’a pas eu les moyens qui permettront plus tard à Haussmann de mener à bien les grands travaux dont il a montré la voie.

On peut observer des « R » sur les cheminées latérales de l’Hôtel de ville de Paris qui sont la signature du préfet Rambuteau.

Il épousa le 7 mars 1808 à Agen Marie-Adélaïde-Charlotte de Narbonne Lara (Bellevue, 11 mai 1790 - château de Champgrenon, 31 décembre 1856) petite fille naturelle du roi Louis XV dont il eut deux filles : Marie-Louise (1812-1880) qui épousa Theodore Giles Louis Alphonse de Rocca (1812-1842) Amable-Françoise qui épousa, le 16 juillet 1835 à Paris, Jean Jacques Louis Lombard de Buffières (1800-1875)

Le comte de Rambuteau, ancien préfet de Paris, est décédé le 11 avril 1869 en son château de Champgrenon situé sur le territoire de la commune de Charnay-Lès-Mâcon en Saône-et-Loire.

Le comte est enterré à Charnay-Lès-Mâcon (71), plus précisément dans le petit cimetière de l’église Sainte-Madeleine.

Citations :

« M. de Rambuteau renouvela la face de Paris. Les vieilles rues furent rendues plus praticables ; cent vingt kilomètres d’égouts furent remaniés, les boulevards nivelés, les quais et les places plantés d’arbres, et l’éclairage au gaz fut presque partout substitué aux lanternes de M. de Sartine. Vingt-sept boulevards extérieurs furent commencés ; on modifia et décora les places de la Concorde, et de la Bastille ; les Champs-Elysées se couvrirent d’hôtels. Des terrains incultes et des marais, dans les faubourgs du Temple, Saint-Martin et Montmartre et dans le clos Saint-Lazare, se transformèrent en quartiers salubres et aérés. Parmi les édifices restaurés ou construits, il faut citer l’Hôtel-de-Ville, la Sainte-Chapelle, Notre-Dame-de-Lorette, la Madeleine, Saint-Vincent-de-Paul, le Collège de France, le grand hôpital Lariboisière, les prisons modèles de La Roquette et de Mazas, les fontaines Cuvier, Richelieu et Saint-Sulpice, etc. »

Sources : Article Comte de Rambuteau, de H. Fisquet, Nouvelle biographie générale depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours, Firmin Didot Frères, 1862

« M. de Rambuteau fut, on ne l’a pas oublié, l’Haussmann du gouvernement de Louis-Philippe, mais un Haussmann raisonnable et modéré, moins audacieux, moins aventureux, plus sérieusement administrateur, plus économe des deniers des contribuables, enfin moins dédaigneux de l’opinion de ses administrés, comme il convenait à un régime constitutionnel. »

Sources : Pierre Larousse, Grand Dictionnaire universel du XIXe siècle, 1875.

Anecdote :

Rambuteau, à l’orthographe approximative, qui, venu voir une dame de la haute société et ne la trouva pas chez elle, y laissa une carte ainsi libellée : « Je suis Venus en personne », ce qui l’étonna grandement du fait de la corpulence du préfet...

Source : (cité par Octave Aubry, dans L’Impératrice Eugénie).

Source de l’article : Comte de Rambuteau, Mémoires publiés par son petit-fils. Paris, Calmann-Lévy, 1905 - Wikipédia et divers.

Source photo : Mairie de Charnay-lès-Mâcon

Un grand merci à M. Ghislain Marry pour son aide précieuse...