Navigation







Acteurs - Comédiens - Comédie française - Arts de la scène et de l’écran

BERNARD Armand (1893-1968)

vendredi 22 juillet 2011.
 

Acteur français

Armand Bernard est un acteur français, également compositeur et chef d’orchestre, né le 21 mars 1893 à Bois-Colombes (département de la Seine, aujourd’hui Hauts-de-Seine), mort le 13 juin 1968 à Paris.

Avec sa diction grave et son air digne, il a apporté une note comique à de nombreuses comédies.

Il rêva de devenir tragédien mais sa voix grave, sa constante apparence de dignité outrée ont eu raison de lui : il fut, dans ses différents films, mondain snobinard, abruti pincé, notaire et le plus parfait croque-mort qu’on ait pu trouver dans diverses comédies où son comique funèbre tranchait sur les prestations souvent burlesques des autres comédiens.

Ses rôles aux côtés de Fernandel sont mémorables notamment dans Raphaël le Tatoué (Christian-Jaque, 1938) mais aussi populaire qu’il le fut en tant que comédien, il ne faut pas oublier la musique qu’il a écrite pour de nombreux films dont : Sous les toits de Paris (René Clair, 1930), Le congrès s’amuse (Jean Boyer, 1930 - avec Henri Garat dans le rôle-titre), Le million (René Clair, 1931), Pension Mimosas (Jacques Feyder, 1934) et ainsi de suite.

Armand Bernard fut en outre le directeur musical de plusieurs autres films dont L’âge d’or de Buñuel (1930).

Parallèlement à cette activité, il a fait partie de la distribution de plus de 100 films et, seul, Louis de Funès, au tout début de sa carrière, a pu lui être comparé notamment dans Le mouton à cinq pattes où il joue, justement, le rôle d’un croque-mort (Pilade) aux côtés de... Fernandel (J. Duvivier, 1954).

Dans un de ces tout premiers films parlants (car il a fait beaucoup de muet, notamment en Planchet, le valet de d’Artagnan d’Henri Diamant-Berger, 1921), il s’essaya à la chanson mais son comique étant surtout visuel, il n’eut qu’un succès mitigé sur disques.

On retiendra deux titres : "La tirelire" (Boyer-Abraham) et "Je vois la vie en rose" (idem), en 1931, récemment repris dans un double album CD, Quand les comédiens chantaient (1993) chez EPM / Ades, Numéro 982742-ADE 682.

On retiendra également sa prestation dans l’opéra bouffe La Margoton du bataillon d’André Mouezy Eon et J. Darmont pour le livret, René Pujol pour les lyrics et un certain Casimir Oberfeld pour la musique dans lequel Armand Bernard créa le rôle de Désiré Chupin.