Navigation







Ecrivain - romancier - poète

ABOUT Edmond François Valentin (1828-1885) (36)

36eme division (1ere ligne, O, 35)
vendredi 9 décembre 2005.
 

Edmond About est né le 14 février 1828 en Lorraine, à Dieuze. Son père est épicier dans la ville. Il meurt, l’enfant étant en bas âge. Sa mère lui fit faire ses premières études au Séminaire, puis, l’envoya à Paris au lycée Charlemagne. Le jeune Edmond se lie avec le jeune Francisque Sarcey. Il est un brillant élève, il remporte le prix d’honneur de philosophie au Concours Général.

Il entre alors à l’école normale supérieure en 1848. Il est reçu premier à l’agrégation des lettres. About est nommé membre de l’école française d’Athènes en 1851. Pendant son séjour en Grèce d’une durée de deux années, il emplit sa mémoire de paysages et de lectures. A l’académie, il n’adressa qu’un mémoire sur l’île d’Egine, réalisé en collaboration avec l’architecte Charles Garnier. De retour en France, About abandonne le professorat et tente une carrière d’écrivain.

Hachette le convainc de réunir en un volume ses souvenirs d’athénien. La Grèce contemporaine paraît en 1854. Il rencontre un franc succès. Barbey d’Aurevilly lui consacre dès septembre 1854, une chronique dans Le Pays. Le jeune auteur à la mode passe pour un nouveau Voltaire et publie en feuilleton dans La Revue Des Deux-Mondes un roman Tolla, dont l’action se passe en Italie.

On l’accuse alors de plagiat. Sous un nom d’emprunt, about se défend dans Le Figaro. Il collabore toute sa vie à plusieurs journaux comme critique d’art. Il est rédacteur de plusieurs tribunes politiques et sociales dans Le Moniteur Universel, Le Constitutionnel, L’Opinion Nationale et La Nouvelle Revue de Paris. Il exprime des vues bienveillantes pour le Second-Empire, il est d’ailleurs décoré. Il professe aussi des idées violemment anticléricales. La guerre de 1870 le rallie à la politique de Thiers et à la République. Cet alsacien, père de huit enfants entre alors au XIXeme Siècle dont il prend le poste de rédacteur en chef. Il n’eut jamais au théâtre le succès escompté, ni les faveurs du public. Il donne en 1856, Guillery, une comédie en trois actes qui n’a que deux représentations. Gaëtana n’en a pas beaucoup plus. Par contre, il triomphe auprès de ses lecteurs : Les mariages de Paris en 1856, Le Roi des Montagnes en 1857. Le romancier connaît d’autres succès avec notamment, L’homme à l’Oreille Cassée (1862) ou Les Mariages de Province (1868). En 1860, il tente de renouveler son coup d’essai avec Rome contemporaine. Après un essai sur l’Alsace occupée, il achève en 1880 Le Roman d’un Brave homme. Il entre en 1884, à l’académie Française, mais il meurt, le 16 janvier 1885, avant d’avoir pu prononcer son discours de réception.

Répondre à cet article