Navigation







Actrices - Comédiennes - Fantaisistes

DAUMIER Sophie (1938-2003)

45eme division (1ere ligne, A, 3)
jeudi 8 décembre 2005.
 

Danseuse et fantaisiste

Sophie Daumier de son vrai nom Elisabeth Hugon, est née à Boulogne sur mer dans le Pas-de-Calais le 24 novembre 1936. Elle est la fille du compositeur Georges Hugon et d’une chanteuse classique et musicienne. Elle entre au théâtre du Châtelet, à Paris à onze ans. Elle suit des cours de dessin et de danse classique.

Elle part en tournée en Allemagne à quinze ans avec une troupe de ballet classique. A seize ans, elle prend le pseudonyme de Betty Hugon pour intégrer une troupe de French Cancan qui se produit en Suisse, en Italie, au Liban, en Algérie et en Egypte.

Lors de son retour en France, elle est engagée au cabaret de la Nouvelle Eve (1955) comme chanteuse fantaisiste sous le pseudo de Betty Laurent. Elle débute au cinéma avec un petit rôle dans Paris Canaille (1955). Sophie étudie ensuite la comédie avec Pierre Dux, le grand comédien et de Raymond Girard en compagnie de Jean-Paul Belmondo.

Elle se produit au théâtre dans Cyrano de Bergerac, où elle rencontre Guy Bedos. En 1958, c’est la révélation, avec le rôle de la jeune fille dans Patate, pièce qu’elle joue pendant six années. Marcel Achard l’a choisie parmi prés de quatre vingt dix concurrentes, il lui conseille de changer de prénom. Elle adopte alors définitivement le pseudonyme de Sophie Daumier (du nom de scène de sa mère).

Suit alors une série de films : Carambolages (1962), Amélie ou le temps d’aimer (1962) et Dragées au poivre (1962) Guy Bedos joue également dans ce dernier film. 1963 marque un virage dans la carrière de Sophie, elle fait réellement connaissance de Guy Bedos qui sera son mari pendant quinze années.

Ils deviendront célèbres avec de nombreux sketches en duo, ils tournent aussi ensemble dans des films.On la voit aussi dans : L’Amour à la mer (1963), Par un beau matin d’été (1964), Aimez vous les femmes ? (1964), Cent briques et des tuiles (1965), Pas de caviar pour tante Olga (1965), Violette et François (1976), et une Histoire simple (1978).

Le couple divorcera en 1977, Sophie ne s’en remettra pas. Elle tentera par trois fois de mettre fin à ses jours. Elle tente de s’en sortir, elle rencontre le compositeur Michel Stellio. Elle publie un volume de souvenirs Parle à mon cœur, ma tête est malade.

Depuis le début des années 1980, Sophie est atteinte d’une maladie génétique rare qui a pour nom Chorée de Huntington, dont sa mère souffrait également. Cette maladie terrible affecte la mémoire, le langage, les membres sont ankylosés, en règles générales, les fonctions intellectuelles sont fortement altérées.

A l’occasion d’une soirée spéciale de la comédie de Luc Plamandon, Starmania, elle lance un appel pour la création d’une structure d’accueil spécialisée dans notre pays.

Cette femme si pleine de vie et symbole de vivacité et de bonne humeur, décède de cette maladie le 31 décembre 2003 à l’âge de 67 ans. Elle repose sous une simple dalle de ciment entre Gilbert Bécaud et Marie Trintignant.

(Depuis la rédaction de cet article, un monument funéraire a remplacé la simple dalle d’origine...)

Hommage à Sophie Daumier