Navigation







Nos amis du pays du matin calme - Cimetières du Monde - Séoul

Cimetière National de Séoul

Par Shin Kwang-Soon
dimanche 13 mars 2011.
 

Cimetière national de Séoul

Cet hiver, il a beaucoup neigé et le froid a persisté deux semaines. Après un dégel, un matin ensoleillé, je suis parti pour voir le cimetière national au sud de Séoul. Ce cimetière est réparti en plusieurs secteurs : les soldats inconnus, les simples soldats, les officiers, les généraux, les patriotes sous le règne de l’empire nippon et trois présidents de la République de Corée.

Armée par des chars blindés de la Russie, la Corée du Nord a envahi la Corée du Sud le 25 juin 1950 et la guerre de Corée a duré jusqu’en juillet 1953.

Il y a eu des millions de morts. Après l’armistice, le cimetière national est conçu pour accueillir les tombeaux des soldats morts pour la patrie. On voit des centaines de milliers de stèles en pierre alignées.

1. Soldats inconnus

Afin d’empêcher l’invasion des troupes nord-coréennes, quelques millier d’étudiants sud-coréens sont partis volontairement en guerre. Mal armés, ils se sont jetés avec une bombe sous la voiture blindée. C’est une opération kamikaze. Beaucoup de volontaires sont morts sans laisser leurs noms. On a érigé un monument des soldats inconnus.

2. Soldats

La majorité des soldats qui reposent sont morts pendant la guerre de Corée depuis 1950 jusqu’en 1953. Parmi les résidents de ce cimetière, la plupart sont des simples soldats. N. 409 est mort au champ de bataille de Chulwon le 23 octobre 1952, pendant la guerre de Corée.

Les soldats de l’armée de l’Air et de l’armée de Mer ont respectivement leur quartier. Un jeune marin Kang Hee-jun repose avec sa photo.

Quant aux officiers, ils sont regroupés entre eux. Ci-gît, le lieutenant-colonel Lee Kang-sil(à gauche).

Cet immense champ est couvert de neige. Tout est calme. Les morts ne sont pas seuls. Leurs camarades sont à côté. Et il semble qu’ils regardent tous les jours les habitants des immeubles séoulites.

>

Les généraux sont traités différemment. Le général n’est jamais seul. Il repose avec son épouse sous une stèle dans laquelle est inscrit son exploit et les noms de sa famille. Son tombeau est beaucoup plus spacieux par rapport à celui de ses officiers et de simples soldats. Le général a un traitement spécial même après la mort.

3. Présidents

Le général Park Jung-hee a pris le pouvoir par un putsch militaire en 1961. Ensuite il a été élu Président. Et dix-huit ans après, il a été assassiné par son fidèle, chef des renseignements généraux, en octobre 1979 après une altercation violente sur la façon de gouverner la Corée.

Cinq ans auparavant, sa femme a été malencontreusement tuée par une balle d’un Japonais d’origine coréenne. Ce Japonais a reçu un ordre des agents nord-coréens. C’est le President Park qui a été visé. Sa femme a payé le règne de son mari qui a été longtemps qualifié de dictatorial. Il a établi cependant la base solide de la modernisation industrielle.

Leurs trois enfants sont très malheureux. Mais l’aînée serait une redoutable candidate au président de la Corée du Sud dans deux ans.

Président Park(à gauche) et son épouse(à droite)

Stèle inscrite d’un poème dédié au Président Park

Un autre Président repose ici. Le 15e Président Kim Dae-jung est un ennemi juré du Président Park. Il a été persécuté par le Président Park. Il a frôlé la mort à deux reprises sous le règne du Président Park. Le Président Kim a reçu le prix Nobel de la Paix en 2000 pour ses efforts en faveur de la réconciliation entre les deux Corées. Mais en réalité il a massivement fourni à la Corée du Nord non seulement les céréales mais également l’argent comptant.

Cet argent illégalement envoyé au dictateur Kim Jong-il a joué un rôle crucial dans le développement de l’arsenal nucléaire du Nord. M. Kim Dae-jung n’a pas aidé les nord-coréens affamés, mais il a armé l’ennemi de la Corée du Sud qui l’a élu président. Ce serait un cas unique dans l’Histoire mondiale.

J’étais son fervent supporteur jusqu’à ses élections présidentielles. Ce n’est qu’après son élection que je me suis rendu compte qu’il n’était pas l’homme que je ne le pensais. Mais c’était trop tard. Il m’est devenu le plus grand traître de la Corée du Sud.

Tombeau de Kim Dae-jung

4. Patriotes sous le règne de l’empire nippon

Dans le secteur des patriotes, on peut découvrir le tombeau du maître An Ik-Tae qui a composé l’hymne national coréen. Le maître An s’est marié avec une Espagnole en 1946. Après avoir travaillé comme chef d’orchestre en Espagne, il est mort à Barcelone en 1965 en laissant sa femme et trois filles derrière lui.

C’est le premier chef d’orchestre coréen.

A côté de lui se trouve le tombeau d’un patriote Seo Jai-pil. Il est le premier journaliste qui a vécu aux Etats-Unis et pouvait s’exprimer en anglais. Il créa un journal qui s’intitule le Journal pour l’Indépendance.

En 1897, il érigea une Porte de l’Indépendance à Séoul sur le modèle de l’Arc de Triomphe sur l’avenue des Champs-Elysées en démolissant une porte qui accueille des envoyés plénipotentiels chinois. Quelle audace ! En dépit de ses efforts farouches pour l’indépendance, le royaume de Corée fut annexé manu militari par l’empire nippon en 1910.

Porte de l’Indépendance (14 mètres de haut et 11.5 mètres de large)

Je suis sorti de ce cimetière national de Séoul après une promenade hivernale. L’homme laisse son nom derrière lui. C’est une leçon que j’ai retenue entre le chien et le loup.

Sources : Textes et photos originales de Shin Kwang-Soon (APPL_Edition - Tous droits réservés 2011).