Navigation







Nos amis du pays du matin calme - Cimetières du Monde

A la recherche de mon ancêtre...

par shin kwang-Soon
dimanche 20 février 2011.
 

Notre ami shin kwang-Soon, fidèle soutien de notre association, nous envoie cet article trés bien illustré de photos de son cru et nous emmène à la recherche de son ancêtre...

Outre la beauté des photos, c’est le dépaysement assuré.

Venez nous rejoindre dans notre découverte...

R. Dufour Forrestier

A la recherche de mon ancêtre

Un beau matin automnal, je suis parti chercher les restes de mon ancêtre très connu dans l’Histoire, mais malheureusement je n’ai pas eu l’occasion de lui rendre visite.

M. Shin Souk-jou a fondé notre famille il y a plus de cinq siècles. Sa maison funéraire se trouve à la ville de Ujungbou au nord de Séoul.

On peut y aller par le métro. Dans la rue, il y a un panneau qui indique le lieu de son tombeau désigné comme monument du département de Gyeonggi N. 88.

Je suis arrivé devant son tombeau et un panneau explicatif nous accueille.

Voici le résume de sa vie.

Il s’appelle Shin Souk-jou (1417-1475). Il a commencé sa carrière en 1439 comme un secrétaire adjoint du Centre Nationale des Sages. Ensuite, il a participé au programme de la création d’une écriture coréenne. Il a effectué un voyage à Manchourie à 13 reprises afin de consulter Hwang Chan, savant chinois en phonologie.

M. Shin a joué un rôle considérable dans l’élaboration de l’écriture coréenne. L’alphabet coréen, Hanguel, fut achevé par la promulgation d’un roi Séjong en 1443. M. Shin a parcouru tous les grades et enfin il est devenu premier ministre en 1462. Il est mort pendant son service de premier ministre en 1475, à l’âge de 58 ans.

On voit en haut une grande stèle décorée de deux dragons. En bas, une tortue supporte la stèle.

Le dragon représente l’omnipotence sur la terre et la tortue est un symbole de la longue vie. A côté, il y a une petite stèle érigée spécialement par l’Association de l’Alphabet Coréen en 1971, à l’occasion du 525e anniversaire de la promulgation de l’écriture coréenne.

M. Shin Souk-jou à gauche repose côte à côte avec son épouse à droite. Les deux tombeaux ne sont pas très bien soignés, 536 ans après leur disparition de ce monde.

Le tombeau est entouré par un fonctionnaires civil en haut et un foctionnaire militaire qui prend un sabre en bas.

Tout le monde ne peut pas s’offrir de ce luxe. Ce ne sont que des privilégiés rarissimes qui ont constituté la classe gouvernante de la gentilhomme de vieille souche qui a reçu, après le décès, un titre honoraire d’un roi. Devant le tombeau, il y a toujours un lampadaire qui peut protéger la chandelle contre le vent.

La stèle expliquant sa vie est si vieille qu’il est impossible de lire les caractères chinois.

En bas du tombeau, il y a cent ans, on a érigé une autre stèle expliquant en détail sa vie. Et on a installé un pavillon pour la protéger de la pluie.

Voici une vue globale comprenant quatre statues et deux lampadaires.

En général, la branche héritière d’une famille est en possession d’une colline pour la maison funéraire. C’est la raison pour laquelle on peut facilement trouver plusieurs tombeaux de la même famille. Le fils de M. Shin Souk-jou, Shin U se repose à côté de son père. Il a un peu moins réussi dans la hiérachie des fonctionnaires, il était tout de même ministre adjoint du ministère de l’Intérieur.

Le tombeau est protégé par un fonctionnaire civil beaucoup moins grand que celui de son père.

Devant le tombeau il y a une pierre décorée d’écureuil. C’est un animal censé protéger le tombeau contre le mauvais esprit.

Le tombeau est entouré de ceinture de pierre ornée de douze animaux qui représentent le zodiaque chinois. De droite à gauche, on voit les trois animaux, cheval, mouton, singe.

On peut voir de droite à gauche les trois animaux, souris, boeuf, tigre.

Le lion n’existait pas en Corée. C’est le tigre qui était l’animal le plus dangereux.

De droite à gauche, on peut remarquer lapin, dragon, serpent, cheval.

On trouve un tombeau à la petite taille de la famille Shin. Il n’y a ni stèle ni animaux représentant le zodiaque chinois.

A côté, on voit un petit tombeau et une petite stèle.

Pas très loin, on peut trouver un tombeau ordinaire mais la stèle de marbre est bien distinguée. Le couple est catholique. Le temps a changé. Ses ancêtres sont confucianistes purs et durs mais cinq siècle après, les deux locateurs de ce tombeau sont devenus purement et simplement chrétiens

A côté, il y a un autre tombeau.

Dans quelques années, la stèle sera tombée et personne ne viendra pour se prosterner devant ce tombeau. Ainsi va le monde. Le locateur le saura-t-il ?

Textes et photos : shin kwang-Soon

(Tous droits réservés APPL 2011)