Navigation







Peintres - Dessinateurs - Décorateurs - Graveurs

HEILBUTH Ferdinand (1826-1889)

53eme division (T, 14)
dimanche 16 janvier 2011.
 

Peintre allemand naturalisé français

Ferdinand Heilbuth, voit le jour à Hambourg, le 27 juin 1826, décédé à Paris, 19 novembre 1889 (à 63 ans).

Peintre français d’origine allemande.

Il abandonne les études théologiques de rabbin pour voyager avec Charles Gleyre, à Düsseldorf, Rome et Paris où il s’installe.

Il expose de nombreuses fois à la Royal Academy de Londres et à la galerie Grosvenor ainsi qu’à l’Athénée de Boston en 1863.

Cet artiste, dont le talent a pour caractéristique la noblesse, la vivacité du coloris et l’accent dans l’expression, a obtenu une deuxième médaille en 1857, 1858 et 1861.

il a été nommé chevalier de la Légion d’honneur en 1861, et officier du même ordre en 1881.

En 1876 il obtient la nationalité française. Vincent Van Gogh, dans une correspondance adressée à Anthon Van Rappard, a dit toute son admiration pour l’artiste.

Œuvres :

Il a exposé, aux Salons annuels, les œuvres suivantes :

Une réception chez Rubens (1853) ; Palestrina, Étudiant, Politesse (1857) ; Luca Signorelli, le Fils du Titien et Béatrice Donato , l’Aveu, Le Tasse à Ferrare, la Consigne (1859) ; le Chevalier poète Ulric de Hutten, le Mont-de-piété (au musée du Luxembourg) ; Solitude, Souvenir d’Italie, l’Auto-da-fé, Promenade des cardinaux sur le Monte-Pincio, l’Intérieur d’un carrosse de cardinal (1863) ; l’Absolution du péché véniel, Un cardinal romain montant dans son carrosse (1865) ; Antichambre (1866) ; Promenade, Vestibule (1867) ;

Job (1868) ; le Printemps (1869) ; Au bord de l’eau (1870) ; Au bord de la Tamise (1878) ; Beau Temps (1881) ; Au jardin, Une fête (Exposition de 1883) ; Lawn-tennis, Présentation (1885) ; Villégiature, Un samedi, Bords de la Seine.

Monument élevé par ses amis artistes reconnaissants (Victor Laloux 1850-1937)

Sources : Grand dictionnaire universel du XIXe siècle par Pierre Larousse.