Navigation







Artistes peintres - Dessinateurs - Décorateurs - Graveurs

VINCENT François André (1746-1816)

11eme division (2eme ligne, W, 19)
mercredi 12 janvier 2011.
 

Peintre, rival de David

François-André Vincent, voit le jour le 30 décembre 1746 à Paris où il est mort 3 ou 4 août 1816.

Peintre néoclassique français.

Élève de son père, le miniaturiste François-Élie Vincent, professeur à l’Académie de Saint-Luc, puis de Joseph-Marie Vien, il est lauréat du Prix de Rome en 1768 et il séjourne en Italie de 1771 à 1775.

Il est admis à l’Académie royale de peinture et de sculpture en 1777 et à partir de cette date expose régulièrement au Salon.

En 1799, il épouse Adélaïde Labille-Guiard, qui a été formée par son père à la miniature et par lui-même à l’huile.

Considéré comme le chef de l’école néoclassique et l’un des principaux rivaux de Jacques-Louis David, il est rapidement supplanté par celui-ci. À la Révolution, ses convictions royalistes l’opposent encore plus à David.

Il devient l’un des premiers membres de l’Académie des Beaux-Arts de l’Institut de France, qui remplace l’Académie royale en 1795.

Vers la fin de sa vie, il peint moins à cause de problèmes de santé, mais il continue à recevoir des honneurs officiels.

Comme son rival David, François-André Vincent était responsable d’un studio important où il a formé de nombreux élèves, entre autres Jean-Joseph Ansiaux, Pierre-Nolasque Bergeret, François-Joseph Heim, Charles Paul Landon, Louis Thomassin Isabelle Pinson, Charles Meynier, Charles Thévenin.

Il était membre de la Légion d’honneur et de plusieurs académies européennes.

Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise à Paris (11ème division).

Sa sépulture est ornée d’un médaillon, oeuvre du sculpteur Guichard.