Navigation







Ecrivains - Traducteurs - Hellénistes

ROMILLY Jacqueline WORMS de (1913-2010)

10eme division (1ere ligne)
dimanche 23 janvier 2011.
 

Ecrivain et helleniste française

Jacqueline de Romilly, ou Jacqueline Worms de Romilly, née David, voit le jour le 26 mars 1913 et décédée le 18 décembre 2010.

Philologue, écrivain, professeur et helléniste française, investie de la nationalité grecque en 1995.

Membre de l’Académie française, première femme professeur au Collège de France, elle est connue sur le plan international pour ses travaux sur la civilisation et la langue de la Grèce antique, en particulier à propos de Thucydide, objet de sa thèse doctorale.

Née à Chartres le 26 mars 1913, Jacqueline David est la fille de Maxime David, normalien, professeur de philosophie mort pour la France en 1914, et de Jeanne Malvoisin (devenue écrivain après la Grande Guerre).

Elle suit ses études à Paris, d’abord au lycée Molière, où elle est lauréate du concours général de latin et deuxième prix en grec ancien en 1930.

Après sa khâgne au lycée Louis-le-Grand, elle est admise à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm (promotion 1933.

Élève de l’helléniste Paul Mazon, elle est reçue à l’agrégation de lettres en 1936. Elle se marie en 1940 avec Michel Worms de Romilly, dont elle divorce en 1973.

D’origine juive par son père, elle est chassée de ses fonctions par le régime de Vichy en 1941 et doit aussi se cacher. Elle obtient enfin son doctorat ès lettres en 1947.

Après avoir enseigné un temps au lycée, Jacqueline de Romilly devient professeur de langue et littérature grecques classiques à l’université de Lille (1949-1957), puis à la Sorbonne de 1957 à 1973. De 1973 à 1984, elle tient la chaire de la Grèce antique (formation de la pensée morale et politique) au Collège de France, où elle est la première femme professeur. En 1975, elle est élue à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres au fauteuil de l’helléniste Pierre Chantraine : elle est la première femme élue à cette académie, qu’elle préside en 1987.

En 1989, elle devient la deuxième femme, après Marguerite Yourcenar, à entrer à l’Académie française : elle est élue au 7e fauteuil, occupé précédemment par André Roussin, le même jour que le commandant Cousteau.

Elle reçoit Hector Bianciotti en 1997, puis est déléguée à la Séance publique annuelle des Cinq Académies en 1994 et en 2008. Elle devient « doyenne d’âge » de l’Académie française à la mort de Claude Lévi-Strauss en 2009.

Elle est honorée de la nationalité grecque en 1995 et nommée « ambassadrice de l’hellénisme » en 2000. En 1992, elle fonde l’association de Sauvegarde des enseignements littéraires (S.E.L.), dont elle reste ensuite présidente d’honneur. Elle préside l’association Guillaume Budé, puis en devient présidente d’honneur. Ayant seulement reçu le baptême en 1940, Jacqueline de Romilly a achevé sa conversion au catholicisme en 2008, à quatre-vingt-quinze ans.

Un collège de Magny-le-Hongre est baptisé « collège Jacqueline-de-Romilly » en 2009. Elle meurt à 97 ans, à l’hôpital Ambroise-Paré de Boulogne-Billancourt, le 18 décembre 2010.

Jacqueline de Romilly disait d’elle-même ne pas avoir eu, « bien sûr », la vie qu’elle souhaitait :

« Avoir été juive sous l’Occupation, finir seule, presque aveugle, sans enfants et sans famille, est-ce vraiment sensationnel ? Mais ma vie de professeur a été, d’un bout à l’autre, celle que je souhaitais. »

-  Citée par Le Figaro, le 19 décembre 2010.

Distinctions :

Grand-croix de la Légion d’honneur (2007)

Grand-croix de l’ordre national du Mérite

Commandeur des Palmes académiques

Commandeur des Arts et Lettres

Commandeur des ordres grecs du Phénix et de l’Honneur

Élue à l’Académie française en 1988 (le 24 novembre).

Première femme professeur au Collège de France (chaire : La Grèce et la formation de la pensée morale et politique)

Première femme membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres (1975)

Président de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1987 Membre de l’ordre autrichien Ehrenzeichen für Wissenschaft und Kunst

Nommée par la Grèce (dont elle reçoit la nationalité en 1995) ambassadeur de l’Hellénisme (2000)

Prix Ambatiélos de l’Académie des inscriptions et belles-lettres (1948),Prix Croiset de l’Institut de France (1969),Prix Langlois de l’Académie française (1974),Grand prix de l’Académie française (1984), Prix Onassis (Athènes, 1995),Prix Daudet pour la défense de la langue française (2000), Prix du Parlement hellénique (2008).

Affiliations hors France :

Membre correspondant étranger de nombreuses académies : du Danemark, de Grande-Bretagne, de Vienne, d’Athènes, de Bavière, des Pays-Bas, de Naples, de Turin, de Gênes, des États-Unis d’Amérique.

Distinctions universitaires :

Docteur honoris causa des universités d’Oxford, d’Athènes, de Dublin, de Heidelberg, de Montréal, Yale University.

Jacqueline de Romilly est l’auteur de nombreux ouvrages et traductions.