Navigation







Entrepreneurs - Manufacturiers - Chefs d’entreprise

SAY Constant André (1816-1871)

26eme division (5eme ligne, Q, 23
dimanche 19 décembre 2010.
 

Chef d’entreprise, raffineur

Enterrement du sucre indigène

Constant André Say voit le jour le 11 avril 1816 à Nantes et décédé en 1871.

Son père Louis Say est le fondateur à Nantes d’une raffinerie de sucre devenue l’une des plus importantes en France.

Constant say est en sixième en 1827-1828 et en 1830-1831, il suit les cours préparatoires au commerce du Collège royal.

Il est le neveu du grand économiste Jean-Baptiste Say. Il coopéra avec son père Louis et M. Duméril à la création de la plus importante raffinerie sucrière de France.

Sa fille, Marie Charlotte Say, princesse Amédée de Broglie, est née à Verrières-le-Buisson, le 25 août 1857, et est morte à Paris le 15 juillet 1943.

En 1905, le "krach Crosnier", au terme duquel le directeur général de la Raffinerie Say, François-Ernest Crosnier (qui avait utilisé les fonds de la société pour spéculer sur le coton) se suicida le 27 août, amoindrit les revenus de son patrimoine. On dit qu’après une première chute de la Bourse qui lui avait fait perdre vingt-huit millions or, elle dit d’un ton léger à son mari : « Je crois qu’il faudra diminuer notre train de vie. Aussi j’ai décidé de supprimer les petits pains de foie gras du goûter. » Mais de nouveaux revers contraignirent à des mesures plus drastiques.

Veuve en 1917, la princesse se remarie, en 1930, avec le prince Louis-Ferdinand d’Orléans (1888-1945), Infant d’Espagne. L’annonce fait scandale : Louis-Ferdinand est âgé de près de 42 ans alors que Marie en a 73. Cet époux volage et peu scrupuleux acheva de dilapider la fortune de sa femme. Il faut vendre l’hôtel particulier de la rue de Solférino puis, en 1938, le château de Chaumont, cédé à l’État pour 1 800 000 francs.

En 1943, la princesse quasi-ruinée meurt, à 86 ans, dans un modeste appartement de la rue de Grenelle.

SAY, ou la chapelle outragée