Navigation







Chanteurs d’Opéra - Art lyrique - Soprano

SASSE CASTAN Marie Constance (1838-1907)

87eme division (Columbarium - Case 1589)
mercredi 17 novembre 2010.
 

Chanteuse lyrique

Marie Constance Sasse (dite Sax, Saxe, Sass) voit le jour le 26 Janvier 1834 et est décédée le 8 Novembre 1907.

Soprano lyrique belge.

"Sa voix était puissante, souple et attrayante », elle a été l’une des sopranos les plus en vue à l’ Opéra de Paris de 1860 à 1870.

Elle a créé le rôle d’Elisabeth dans la première parisienne de Wagner Tannhäuser , Selika dans la première mondiale de Meyerbeer L’Africaine , et d’Elisabeth de Valois dans la première mondiale de Verdi, Don Carlos.

Née Marie Constance Sasse à Oudenaarde,(Belgique) son père était un militaire.

Elle a étudié la musique au Conservatoire de Gand avec François-Auguste Gevaert et à Milan avec Francesco Lamperti, et fait ses débuts à Venise dans le rôle de Gilda dans Rigoletto de Verdi en 1852.

Après la mort de son père, elle a commencé a travailler en tant que chanteuse dans les cafés de Paris et Bruxelles. La soprano française et enseignante vocale Delphine Ugalde eut l’occasion de l’entendre au Grand Café à Paris.

D. Ugalde lui donna des leçons de chant et attira sur elle l’attention de Léon Carvalho, qui était à l’époque le directeur du Théâtre Lyrique .

Marie Sasse a fait ses débuts dans ce théâtre en utilisant le nom de scène Marie Sax le 27 Septembre 1859, dans l’exécution de Rosine (Comtesse Almaviva) de Mozart dans Les Noces Figaro.

Un critique a écrit : « Mlle Sax possède une voix magnifique, mais à la fois comme chanteuse et actrice, elle est dans l’état de la matière-matières premières mais de qualité incontestable et des aptitudes extraordinaires, et qui sera sans doute récompenser l’inventeur. ... Il est heureux que Mlle Sax talents ont été découverts à un stade précoce que son la voix est encore fraîche, et elle n’a pas été assez longtemps dans l’exercice de sa vocation à former les habitudes vicieuses. Tout est donc en sa faveur, et, lancé dans son école, le temps présent et de l’expérience ne tardera pas à lui rendre un acquisition précieuse pour la scène lyrique. "

Marie Sasse a connu son premier succès au Théâtre Lyrique avec des performances comme Eurydice dans l’opéra de Gluck, Orphée.

L’opéra avait été écrit en italien Orfeo ed Euridice à Vienne en 1762, et le rôle d’Orfeo a été réalisée par le mezzo-soprano castrat Gaetano Guadagni .

Gluck avait décidé de mettre l’opéra à Paris en 1774, mais des chanteurs castrat étaient inhabituels en France et parfois des objets de ridicule.

Les amoureux Héroïques ont été généralement joué par des ténors de haut, un type de voix que le français comme haute-contre, si Gluck a transposé et adapté le rôle d’Orphée pour le haute-contre Joseph Legros. Malheureusement, la hausse du niveau au fil des ans, a fait de la version française de haute-contre une impossibilité, et l’opéra est rarement joué.

Giacomo Meyerbeer a suggéré à l’espagnole mezzo-soprano Pauline Viardot qu’elle devrait chanter le rôle. Carvalho, qui avait entendu Viardot dans un concert, a décidé qu’il voulait qu’elle se produise à l’opéra dans son théâtre. Berlioz, un ami proche de Viardot et un expert sur la musique de Gluck, a été engagé pour préparer la nouvelle adaptation.

Initialement Berlioz était enthousiaste, mais quand il apprit que Carvalho a coulée Mlle Sax, une chanteuse, comme Berlioz l’a décrite, à partir d’un café chantant dans l’autre Champs-Elysées,

les représentations, qui ont débutées le 18 Novembre 1859, ont été un énorme succès, à la fois critique et commercial, et ont été suivies par de nombreux musiciens importants à Paris.

Bien que Viardot a été la vedette du spectacle, Mlle Sax ne va pas passer tout à fait inaperçue, et le rôle s’est avéré être le début de son ascension vers la célébrité.

Marie Sasse est ensuite apparu au début Théâtre Lyrique, le 18 Février 1860, comme Bacchante dans l’oeuvre de Gounod : Baucis Philémon . Cette production a été moins réussie : "Elle a simplement fait long feu après 13 représentations indifférentes."

Probablement au moins en partie à cause de cet échec, Carvalho a démissionné en tant que directeur de la société le 1er avril, et la qualité des spectacles au théâtre a commencé à baisser.

Marie Sasse été engagée par l’ Opéra de Paris pour chanter Alice au pays des Merveilles de Meyerbeer dans Robert le Diable. "Sa voix n’était pas encore mature, mais il a montré amplement promesse, et elle a été retenue."

Richard Wagner lui-même l’a choisie pour être Elisabeth dans ce qui deviendra à Paris, la première notoire de Tannhäuser, le 13 Mars 1861 à l’Opéra, salle Le Peletier.

Elle a ensuite réussi à chanter de nombreux rôles de soprano important dans le répertoire du moment, notamment Léonore de Verdi Le Trouvère (la version française du Trovatore ) en 1861, Laura dans Poniatowski, Pierre de Médicis Jósef en 1862, et Rachel dans La Juive d’ Halévy, en 1863.

En Septembre de 1863 Verdi a décidé de faire une tentative courageuse de ressusciter les fortunes affaissement des vêpres siciliennes.

Marie Sasse a épousé le Français Armand Castelmary, basse à l’Opéra en 1864, mais ils ont divorcé en 1867. En Mars 1865, le fabricant d’instruments Adolphe Sax avait intenté une action contre son exigeant qu’elle s’abstenir d’utiliser Sax comme son nom de scène.

Elle obéit, en le changeant en Saxe, ce qui incite la revue Le Ménestrel de conjecturer qu’elle pourrait maintenant être poursuivi par "le Roi de Saxe, le duc de Saxe-Cobourg-Goethe, le duc de Saxe-Meiningen », entre autres, pour l’utilisation ce patronyme prestigieux.

Au cours de cette période, elle a été sélectionnée par Giacomo Meyerbeer pour créer le rôle de Selika dans son nouvel opéra L’Africaine. Elle a chanté le rôle à la première à l’Opéra de Paris le 28 avril 1865.

En 1866, elle interprète Anna dans Don Juan,adaptation en français par Henri Blaze de Bury (fils de Castil-Blaze ) et Émile Deschamps qui s’écartait sensiblement de l’original, de Mozart Don Giovanni.

L’ année a été rendue encore plus mémorable pour la chanteuse, lorsque de nouveau, la persistance d’ Adolphe Sax, avait intenté une action contestant son nom de scène de nouveaux et en insistant que son « individualité subirait si elle était autorisée à continuer d’utiliser le nom de Saxe."

Dans les derniers mois de 1866 Sasse a été choisi pour créer le rôle d’Elisabeth de Valois dans l’opéra de Verdi, Don Carlos . Certains critiques ont explicitement indiqué que la voix de Morère dans le rôle de Don Carlos était insuffisant pour la partie et caractérisé Marie Sass de représentation Mme comme "s’ennuyer" et "apathique".

Elle est apparue à La Scala au cours de la saison 1869-1870, mais était de retour à Paris lorsque la guerre franco-prussienne a éclaté à l’été 1870.

Après la défaite de Sedan, la Prusse et ses troupes ont commencé à s’approcher de Paris. MarieSasse a décidé de quitter l’Opéra et a émigré en Italie. Elle est apparue à Saint-Pétersbourg durant la saison 1870-1871.

En avril 1871, Paul Drahnet, le directeur général de l’Opéra du Caire, a négocié avec Marie Sasse sur la possibilité d’apparaître comme Amneris dans la première mondiale du nouvel opéra de Verdi Aida qui devait être effectuée dans le Caire plus tard dans cette année.

Elle se retira de la scène en 1877 à l’âge de quarante-trois, a essayé de suivre une nouvelle voix dans l’enseignement, et en 1902, a publié ses mémoires sous le titre Souvenirs d’une artiste.

Elle est décédée à Paris dans le plus grand dénuement à l’âge de 73 ans.

Sources : Wikipédia et divers