Navigation







Graveurs - Dessinateurs - Aquarellistes - Peintres

GAVARNI Paul (1804-1866)

dimanche 24 octobre 2010.
 

Dessinateur et aquarelliste français

Sulpice-Guillaume Chevalier dit Paul Gavarni, voit le jour à Paris, le 13 janvier 1804 et mort le 24 novembre 1866.

Aquarelliste et dessinateur français.

C’est à la suite de séjours qu’il fait dans les Pyrénées, et notamment à Gavarnie, qu’il choisit son pseudonyme Gavarni.

Remarqué par l’abbé de La Mésangère, qui publia plusieurs de ses œuvres dans le Journal des dames et des modes, puis par Émile de Girardin, il collabora à la Mode.

Ses dessins furent aussi publiés dans d’autres journaux tels que L’Artiste et L’Illustration, avec notamment sa série des fumeurs de pipe.

Vers 1835, il devient un collaborateur regulier du Charivari, journal satirique d’opposition republicaine (tirage 2500). Ses lithographies pleine page y sont les plus connues avec celles de Daumier, et sont, a juste titre, considerees comme des originaux de l’artiste.

Il participa avec Grandville aux publications de Pierre-Jules Hetzel, Le Diable à Paris, ouvrages collectifs qui réunissaient contes et articles de Balzac, George Sand, Charles Nodier.

Un monument a été élevé à sa mémoire, place Saint-Georges à Paris, dont le socle est orné d’un bas-relief illustrant le Carnaval de Paris. Y figure notamment « un débardeur ».

Ses séries lithographiques (Les Enfants terribles, Fourberies de femmes) et ses dessins en font un observateur moqueur, parfois amer, de la société parisienne sous Louis-Philippe et le Second Empire.

Gavarni s’était fait une spécialité de l’illustration du Carnaval de Paris. À tel point que, parlant de cette fête, un journal rapporte ceci, plus de vingt années après la disparition de l’artiste : « Le mot de Gavarni semble de plus en plus juste. - Le carnaval ! disait-il, ça n’existe pas, c’est moi qui l’ai inventé à raison de cinquante francs le dessin ! »

Au nombre de ses œuvres, Gavarni publia en 1848 un recueil de gravures intitulé : Les Débardeurs. Dans sa préface, P. J. Stahl écrit : « Le débardeur, en effet, a un second père ; ce père, c’est Gavarni, par qui le carnaval, cette réalité souvent grossière, brutale et licencieuse, est devenu une folie charmante, une comédie pleine de sel et parfois de raison, une illusion gracieuse, une image enfin et un portrait dont tout le défaut est d’être supérieur en tout à son modèle, qui s’efforcerait en vain de l’égaler. »

Le débardeur était un personnage typique du Carnaval de Paris : une femme ou une jeune fille vêtue d’un débardeur ou pantalon de préférence très moulant.

Sources : Wiki et divers.