Navigation







Sculpteurs - Bronzeurs - Fondeurs

BARYE antoine louis (1796-1875)

49eme division (3eme ligne)
mercredi 30 novembre 2005.
 

Sculpteur bronzeur animalier

Antoine louis Barye est né à Paris en 1796. Dès l’âge de treize ans, il entre en apprentissage chez un maître-graveur où il apprend les techniques du métal. Sa véritable nature lui est révèlée au Jardin des Plantes, où il observe passionnément les animaux vivants, c’est là sa véritable école.

Il étudie, leur anatomie, se plongeant dans et lisant dans les traités de Cuvier ou de Lacepède.

Barye commence à montrer ses travaux en 1827 au Salon de Paris, il obtient un deuxième prix en 1831 avec son Tigre dévorant un gavial. Les critiques d’art l’ont considéré comme un créateur de presses-papiers, ces créations d’animaux sauvages n’ayant à leurs yeux que cette seule fonction.

En conséquence, son Lion au repos est refusé au salon de 1836, Barye doit attendre quatorze années avant d’être autorisé à montrer ses œuvres. Il rencontre le succès avec son Thésée combattant le Minotaure ainsi qu’avec Le Centaure et le Lapide. Il participe à l’exposition universelle de 1855 avec son Jaguar dévorant un lièvre, qui lui vaut le premier prix. En 1867, Barye est nommé à l’Académie des Beaux-arts, il est fait chevalier de la Légion d’Honneur.

Malgré la lenteur de son ascension, cet artiste a bénéficié de la protection et de l’appui du Duc d’Orléans en 1834. Des commandes monumentales de l’état français lui sont octroyées. Il est le créateur de figures allégoriques, ainsi que d’un Napoléon III en empereur romain en 1860-65.

Barye est sans doute le sculpteur animalier le plus important du XIXe siècle. Il produit également quelques peintures charmantes, exécutées dans la foret de Fontainebleau, sous l’influence de Théodore Rousseau, Diaz et Millet. C’est l’une des plus grandes figures de la statuaire française, héritier des plus illustres maîtres antiques et de la Renaissance.

Il est mort à Paris en 1875.

Sa sépulture était ornée d’un buste en bronze, oeuvre du sculpteur Moulin, il a été volé en 2006.

Crédit photo : Hugo_photo (Appl 2006)Thierry Engels (APPL 2017)