Navigation







Seconde Guerre mondiale - France Libre - Résistance

ANDRE Max (1919-1944) ANDRE Michel (1921-1947) (97)

97eme division
jeudi 21 octobre 2010.
 

Officiers aviateurs

Max ANDRÉ (A la mémoire de) voit le jour en 1919.

Lieutenant pilote de chasse au Groupe Ile-de-France.

Le Groupe de Chasse Île-de-France est un groupe de Chasse créé pendant la Seconde Guerre mondiale. Constitué en 1941, il est le premier des sept groupes des Forces aériennes françaises libres à opérer depuis la Grande-Bretagne.

Le 20 octobre 1941 : le général de Gaulle signe le décret créant le Groupe de Chasse no 2 « Île-de-France » (G.C. Île-de-France), no 340 « Free French » Squadron, mixte avec des pilotes des Forces aériennes françaises libres et des forces navales françaises libres.

Le 7 novembre 1941 : le groupe commence à se constituer à Turnhouse (Écosse) sur Spitfire Mk.V.

En décembre 1942 : le G.C. Île-de-France devient une unité purement « aérienne » sans membres des forces navales françaises libres.

Chevalier de la Légion d’Honneur,Croix de guerre,Rosette de la Résistance.

Mort Pour La France (tombé en mer) le 25 février 1944.

Michel ANDRÉ voit le jour en 1921.

Lieutenant-pilote au Groupement de reconnaissance Savoie.

L’escadron de reconnaissance 2/33 " SAVOIE " tire ses origines de la création de la "D6" à Reims en décembre 1912. L’année 1919 voit la dissolution de la "SAL 6".

C’est en 1932, au sein de la 33ème escadre de reconnaissance créée cette année-là, que l’unité devient groupe de reconnaissance 2/33. Le groupe prend le nom de " SAVOIE " le 3 novembre 1943 alors qu’il est stationné en Afrique du Nord et participe à la campagne de Tunisie.

À partir de 1954, le groupe prend le nom d’escadron de reconnaissance tactique 2/33 "SAVOIE". La transformation sur Mirage IIIR débute en 1965.

Cité à l’ordre de l’Armée.

Mort Pour La France (en service commandé) le 16 juillet 1947.

Groupe Ile-de-France

groupe de reconnaissance SAVOIE

Sources : Ciel de France - J. Sénaeve - Ministère de la Défense et divers.

Crédit photo monument : Jacques Sénaeve (photo provisoire)