Navigation







Cimetière de CRETEIL - 3. Les Monuments

Monuments remarquables
dimanche 20 juin 2010.
 

Monuments remarquables

du

Cimetière de Créteil

Le cimetière de Créteil renferme plusieurs monuments dignes d’intéret.

MEMORIAL DES RAPATRIES

La fin de la guerre d’Algérie le 19 mars 1962, signifie aussi pour des milliers de résidents l’exil définitif loin de leur terre natale...

Beaucoup de famille laissent là tous leurs bens, mais aussi, deuil supème, sont obligés d’abandonner les tombes des leurs, livrées alors à l’oubli et à la destruction.

Le 2 novembre 1976, est inauguré à deux pas de l’entrée du cimetière Communal une stèle de marbre noir sur laquelle est écrit :

A la mémoire de tous ceux dont les sépultures

demeurées sur des terres

devenues étrangères

ne peuvent plus recevoir

l’hommage de notre respect.

Le discours inaugural fut prononcé par le Général BILLOTTE, Député- Maire de Créteil.

MONUMENT DU SOUVENIR FRANCAIS

Ici, comme dans beaucoup de cimetières de France, l’association du SOUVENIR FRANCAIS est bien présente.

Forte de plus de 200 000 adhérents, c’est la principale entité engagée dans la sauvegarde et la restauration des sépultures et monuments militaires de notre pays.

Les combattants morts pour la France pendant la guerre franco-prussienne de 1870 ont aussi leur monument.

Une plaque gravée apposée sur le mur de la conservation rappelle le sacrifice des cristoliens morts au cours des combats.

MONUMENT AUX MAIRES

Présent aussi dans l’enclos, le monument dédié aux édiles de la ville de Créteil...

Guerre de 1870 - Siège de Paris

Bataille de MONT MESLY

Le cimetière de Créteil renferme les restes mortels des combattants prussiens tombés au cours de la bataille de MONT MESLY.

Réunis dans un petit enclos et dans un ossuaire tout proche, ces sépultures sont entretenues par l’administration française.

La fulgurante invasion des troupes allemandes atteint Créteil le 17 septembre 1870. Un moment défendues par des volontaires, les hauteurs du mont Mesly sont vite abandonnées aux Allemands qui s’y installent. Afin de briser l’encerclement de la capitale et d’empêcher l’arrivée de renforts, on décide de reprendre le bastion cristolien.

Ce sera, le 30 novembre 1870, la bataille du mont Mesly, s’ur de sang de celles de Villiers, Bry ou Champigny. Commandées par le général Ladreit de Lacharrière, qui tombe dès le premier assaut, les troupes françaises enlèvent momentanément le mont, mais doivent se replier dans l’après-midi.

Le monument commémoratif de cette journée meurtrière rassembla, autour d’une souscription nationale, l’architecte Georges Guyon et le sculpteur Fournier. Déplacé de quelques mètres de son emplacement primitif, le monument est désormais privé du buste du général qu’il honore.

Sources : Documentation conservation du cimetière Communal de Créteil, Mme Annick COURBE, conservatrice.