Navigation







Le MONUMENT aux MORTS de BARTHOLOME

ou histoire d’une restauration réussie...
vendredi 11 juin 2010.
 

Le Monument aux morts du Père Lachaise

La vie et l’œuvre de Bartholomé

Ou une restauration majeure...

Le lundi 7 juin 2010, l’APPL était conviée à une visite conférence ayant pour thème : Le Monument aux morts de Bartholomé, ou histoire d’une restauration réussie.

Sous la férule et l’autorité de Mme Guénola GROUD, Conservatrice et responsable du Patrimoine, nos sociétaires ont eu droit à un florilège de mots et à un exposé des plus riches sur le sculpteur Bartholomé et son œuvre la plus proche de nos préoccupations, à savoir le Monument aux Morts, ouvrage chargé de symboles à plus d’un titre.

C’est avec beaucoup d’attention que le petit groupe d’amis et de passionnés a suivi cette évocation de la création et de la naissance d’un des monuments du Père-Lachaise des plus connus à travers le monde.

Servie par un temps et une lumière superbes, cette conférence a possédée un caractère exceptionnel. D’abord, ce fut une grande première, cette fois-ci, c’est quelqu’un qui touche de très prés nos préoccupations attachées au cimetière musée, qui nous parle directement de son travail et nous fait partager sa passion.

Bien plus qu’une conférence, c’est aussi pour nous la récompense de nos efforts et de notre entêtement à poursuivre notre but : préserver notre patrimoine funéraire....

Tout d’abord, c’est l’homme, l’artiste, qui nous est présenté... Sensible, amoureux, homme brisé par le deuil et la perte cruelle d’un être aimé. L’homme vaincu, perdu, mais qui retrouve dans son inspiration,son travail, l’élixir de son retour à la vie de tous les jours.

Puissante, massive, son oeuvre le régénère autant qu’elle nous invite à l’onirisme d’une vision de vie et de mort pleine de symboles et de traits chargés d’émotion.

Les mots de notre conférencière nous éclairent sur les jours et les heures de l’artiste bien souvent méconnu.

Tout celà est pierres dans notre jardin, nous humbles béotiens de la chose perlachaisienne, vantant notre érudition (sic) et notre savoir (re-sic) lors de nos visites commentées. Désormais, c’est sous un jour nouveau de nous présenterons ce monument et son concepteur...

L’artiste et son temps, ses pairs, ses amis, ses détracteurs aussi... Puis l’engouement du public pour l’oeuvre et pour l’homme, reconnu enfin, célèbre aussi, mais peut être bien lontain maintenant.

Et puis, il y a l’oeuvre actuelle, l’oeuvre restaurée, l’oeuvre achevée... nettoyé jusqu’à la jeunesse, réparé, consolidé, magnifié dans son éclat d’antan retrouvé, le monument, éclairé d’une douce lumière de juin semble nous inviter à la réflexion et à la méditation...

Douce torpeur des sens, cet instant nous ramène à nos préoccupations : que demain, dans dix, dans cent ans, il se trouve encore des passionnés, farouches défenseurs de nos valeurs et de notre patrimoine que nous pourront interpeller du fond de notre néant pour nous réjouir et les féliciter...

La présence de Mme Guénola Groud nous conforte dans notre entreprise, nous encourage dans nos efforts et, nous ouvre des perspectives d’avenir pleines d’espoir.

Nous sommes persuadés que l’artiste, créateur de ce monument, reposant à quelques mètres de là, a du tressaillir à l’évocation de son œuvre et de son travail.

Après avoir remerciée chaleureusement notre conférencière, nous avons évoqué ensemble les avancées de notre APPL, dans tous les domaines qui nous sont propres, nous avons faits d’énormes progrès, mais, que l’on ne se leurre pas, la partie la plus rude et la plus ardue nous attend demain, demain, mot un peu vain, peut être dans l’enceinte d’un champ de repos, mais qui, pour nous devra être le témoin de notre réussite.

Crédit photos : Photos_HUGO (APPL 2010 - Tous droits réservés, copie et diffusion interdites sans autorisation)

Ont participés à cet article : R. Dufour Forrestier, président de l’APPL, Jean-Pierre Bozellec, président des APPELS d’ORPHEE, André Chabot, président de la MEMOIRE NECROPOLITAINE, ainsi que bon nombre de sociétaires de nos associations, qu’ils nous pardonnent de ne tous les citer, mais, ils sont bien présents dans toutes nos activités, qu’ils soient ici remerciés.