Navigation







Sciences et Techniques - Astronomie - Physique

JANSSEN Pierre Jules César (1824-1907)

4eme division (1ere ligne, AC, 17)
samedi 17 avril 2010.
 

Astronome et physicien

Pierre Jules César Janssen, plus connu sous le nom de Jules Janssen, voit le jour le 22 février 1824 à Paris et est décédé le 23 décembre 1907 à Meudon.

Astronome et professeur de physique français.

Un accident survenu dans sa jeunesse le gêne énormément pour marcher, ce qui retarde ses études.

Il obtient son doctorat ès sciences physiques avec une thèse sur l’Absorption de la chaleur rayonnante obscure dans les milieux de l’œil en 1860 et devient professeur de physique à l’École d’architecture en 1865.

Attiré par les travaux de Gustav Robert Kirchhoff et Robert Wilhelm Bunsen sur la spectroscopie, il est l’un des premiers à associer le spectroscope à prisme à l’astronomie.

En 1863, il confirme que la Lune n’a pas d’atmosphère, puis en 1867 que celle de Mars contient de la vapeur d’eau. Il étudie le rayonnement solaire et sa perturbation par l’atmosphère terrestre.

Envoyé par le Bureau des longitudes en Inde pour l’observation de l’éclipse de Soleil en 1868, il découvre une méthode d’observation des protubérances solaires en tout temps. C’est au cours de cette observation qu’il remarque une raie inconnue dans l’atmosphère solaire : c’est celle de l’hélium, ainsi nommée par J. Norman Lockyer. Il est distingué chevalier de la Légion d’honneur en 1868.

Statue de Jules Janssen face à l’observatoire de Meudon

Vue d’artiste sur son envol en ballon en 1870Il s’échappe de Paris assiégé par les Prussiens en ballon (le Volta) le 2 décembre 1870 afin d’observer une éclipse solaire à Oran.

Ce sera la seule mission scientifique de toute l’aventure des ballons montés.

Curieusement, la plaque commémorative (largement posthume) de cet exploit, sur le socle de sa statue au château de Meudon, le représente décollant du parc du château, alors qu’il a décollé de la Gare d’Orléans.

Il devient membre de l’Académie des sciences le 10 février 1873, puis, le 26 mai 1874, il est élu au Bureau des longitudes. En 1874, il invente le « révolver photographique », pour pouvoir photographier le passage de la planète Vénus devant le Soleil et va jusqu’au Japon pour obtenir le meilleur point de visée. Il est lauréat de la Médaille Rumford en 1876.

Jules Janssen pousse à la création de l’Observatoire d’astronomie physique à Paris, décidé en 1875. Il présente un projet de restauration du château de Meudon, commence à installer divers instruments d’observation dès 1876, puis obtient les fonds nécessaires (plus d’un million de francs de l’époque) à reconstruire les bâtiments.

Suite à la promulgation de la loi l’instaurant le 15 avril 1879, les travaux démarrent ; une grande coupole est créée qui abrite toujours des instruments d’observation. L’Observatoire de Meudon reste l’un des laboratoires de référence pour l’étude du Soleil.

À partir de 1888, malgré son âge et son infirmité, il fait trois fois l’ascension du Mont Blanc pour y établir un observatoire. Il réussit après de nombreux aléas à faire installer une lunette de 30 cm au plus près du sommet, à 4 800 m d’altitude, pour minimiser les perturbations atmosphèriques. Cet observatoire resta en place pendant quinze ans.

Janssen fut président d’honneur de la Société française de photographie de 1891 à 1893, succédant à Eugène Péligot, et président de l’Union nationale des sociétés photographiques de France en 1892.

Jules Janssen partage la découverte de l’hélium avec sir Joseph Norman Lockyer. Il publia en 1904 l’Atlas de photographies solaires, avec près de 6 000 prises de vue en grande partie obtenues à l’observatoire de Meudon.

La Société Astronomique de France décerne chaque année depuis 1960 un Prix Jules Janssen.

La ville de Meudon a nommé une place en son honneur. Un cratère lunaire porte son nom (45,4°S, 40,3°E) ainsi qu’un cratère martien.

Il est enterré au cimetière du Père-Lachaise en bordure de la 4eme division.